2017: The Franklin Electric – Blue Ceilings

Deuxième album de The Franklin Electric, est-ce le poulain de Indica va créer un nouveau monstre ou va nous laisser tomber?

Album: Blue Ceilings
Artiste: The Franklin Electric

En Test: 2017 Vinyle

Étiquette: Indica Records
INDLP020

Acheter le disque vinyle chez Fréquences

Acheter le CD chez Fréquences

The Franklin Electric, groupe montréalais à succès, a eu comme premier album This is how I let you down, un album qui a eu la chance d’être excellent, d’avoir été bien reçu par la critique, d’avoir eu un bon succès, et de leur avoir permis de signer avec Indica. Deux ans plus tard, voici la suite tant attendue.

C’est un peu aussi le problème d’avoir eu un si bon premier disque: rares sont ceux qui sont capables de suivre avec une deuxième bombe. Peu importe ce qui va être sorti, ça va toujours être déplaisant. Les gens aiment rester dans leurs vieilles godasses. Et la seule vieille godasse de TFE, c’est leur premier album. Aussi bon ce disque va-t-il être, il ne sera jamais correct pour les fans.

Vous le savez, je ne fais pas de critiques de stylistique. Je me fous en effet un peu qu’un disque soit bon, meilleur ou moins bon que les autres. Je désire quand même vous faire comprendre, si vous avez adoré le premier disque, que vous risquez d’être déçu de celui-ci. Pas que le disque est mauvais, moi je l’aime vraiment beaucoup, une belle progression de l’exubérance du premier. D’ailleurs, si vous ne connaissez pas TFE, ceci dit, vous risquez de faire de belles découvertes. Le disque est dans un mouvement bien montréalais de musique folk-pop-rock, un peu de Karkwa, un peu (beaucoup) de Half Moon Run, un peu de chansons à texte, bar enfumé mais pas le droit de fumer alors un son réellement propre.

Et le vinyle? Je ne suis peut-être pas déçu des chansons, mais je suis déçu de la qualité de la gravure, il s’agit clairement d’un disque provenant d’un même master que le CD. On remarque parfois que la basse écrête absolument inutilement (dont la première piste à certains moments), que des fréquences font des divergences qualitatives inutiles (les 3-4e pistes sur la face A). Écoutez simplement les moments forts dans les crescendos, comme vers la dernière minute de la face A, vous allez entendre une qualité de crunch et un écrêtage numérique à la place d’avoir un réel crescendo. Le disque est bon en tant que tel, c’est un beau vinyle, mais il n’a aucune présence réelle.

2015: Kendrick Lamar – To Pimp A Butterfly

Un album qui peut se targuer d’avoir changé la scène du hip hop en 2015. Il y a un avant et un après To Pimp…

Album: To Pimp A Butterfly
Artiste: Kendrick Lamar

En Test: 2015 Vinyle double 180g (US, République tchèque)

Étiquette: Top Dawg Entertainment, Aftermath Entertainment, Interscope Records
B0023464-01

Acheter le disque vinyle double chez Fréquences

Acheter le CD chez Fréquences

Qu’est-ce qui représente la scène black aux États-Unis? Je vais bien entendu y aller avec des gros préjugés mais ils sont basés sur une réalité troublante. Les familles pauvres, la surreprésentation dans les prisons, les ghettos, le manque de possibilités, de ne pas avoir les mêmes opportunités qu’un blanc. Ça va aussi avec les gens qui sont du mauvais bord de la loi et qui vont faire trop d’argent. Ce n’est pas surprenant que d’entendre des chansons sur le sexe, la drogue, les tueries, les gold diggers, les maisons closes, etc.

Et dans les styles musicaux? Il y a bien entendu le rap, le hip hop, mais il y a aussi le jazz. Beaucoup vont prendre le jazz, surtout le free jazz, comme une musique d’esthètes, à écouter en sirotant un scotch hors de prix et de tripper sur … tripper sur quoi en fait? Bah, c’est bon, quel artiste, quel grand. Wow! C’est comme pour l’art contemporain, des tableaux obscurs qui prennent un post-doctorat en art afin de comprendre toute la subtilité. J’ai payé ce tableau 20K, tu imagines? Wow!

Justement … non!!! L’art contemporain, comme on va retrouver au MAC de Montréal, par exemple, est de l’art fait pour être compris et découvert par des gens qui habitent dans le sous-sol de leurs parents, c’est de l’art fait pour être apprécié au secondaire, au cégep, c’est de l’art fait pour être compris par la personne qui attends son chèque du B.S.! Ce n’est pas de l’art fait pour être vu de loin, au contraire, c’est de l’art qui représente une réalité, qui exacerbe une vérité de vie. C’est la même chose pour le jazz: musique noire des États-Unis, musique du ghetto, musique qui est aussi importante que le rappeur du quartier, voire plus. Lorsque certains disent « oui mais ce n’est qu’une borne fontaine », il n’y a aucun génie apparent mais le génie est de représenter une vitrine sur la vie de tous les jours des gens normaux. Même chose pour les styles musicaux, dont le jazz.

Écoutez les films de Spike Lee, vous allez avoir ces thèmes, vous allez avoir en trame sonore constante le hip hop, les DJ, mais énormément de jazz, surtout de free jazz. C’est de la musique qui décrit une émotion, qui est fait pour être ressentie, pas uniquement écoutée. C’est aussi viscéral que le rythme tribal.

Et c’est ici tout le génie de Kendrick Lamar. Cet album a touché une corde sensible. Non content de ne faire que rabâcher le gangsta rap repenti ou non. Non content de seulement parler des femmes d’une façon condescendante. Non content de parler de la dernière personne à s’être fait tirer. Des textes qui reflètent la vie aux États-Unis quand on est black dans les années 2010. Et de la musique hip hop de superbe qualité, des musiciens de jazz et de free jazz, de swing, des relents de tribal, de la musique blues, de la musique funk, disco par extension. Un vrai film de Lee, justement.

Si je parle de ce disque autant, c’est que c’est la bombe. Mais aussi il est très long. Plus de 70 minutes. Lamar est trop prolifique probablement, hyperactif un peu. Je le vois un peu comme moi, qui prends trop de temps à écrire des critiques et des articles quand j’ai déjà des dizaines d’autres projets qui occupent mon temps, qui va en produire beaucoup à la place de produire une très grande qualité. On se perd d’ailleurs dans ses autres disques. Je suis fou de son autre disque Untitled Unmastered mais je suis plus froid sur son dernier, ou plutôt, je le trouve inégal. N’empêche que malgré sa longueur, To Pimp est bon de A à Z. Certains y voient un disque aussi important que Nevermind de Nirvana, j’ai tendance à leur donner raison. Il y a un avant et un après ce disque. La musique hip hop ne sera plus jamais pareille.

Et est-ce que ma table tournante, elle, va être heureuse? Il existe trois versions du disque. Une de la République Tchèque pour le marché des États-Unis, une des États-Unis et une d’Europe. J’ai eu vent que les trois versions sont très différents et que la version Euro serait la meilleure des trois. Je n’en sais rien. Ce que je sais, toutefois, c’est que cette version que je possède (Tchèque) est fort appréciable. Il y a parfois de petits manquements au son, parfois les aigus s’emballent un peu. Aussi, je le trouve très réservé, la basse est à sa place, les instruments sont à leurs place. Il ne semble pas y avoir de surprise. En fait, je dirais que la différence est que la version numérique ne semble pas avoir de suite logique, toutefois la version vinyle possède cette chaleur et ce point rassembleur qui en fait un album se suivant du début à la fin. C’est tellement prévu pour du vinyle qu’il y a même à quelques reprises des bruits de vinyles (dont le début du disque – ne vous inquiétez pas s’il semble y avoir du popcorn, même le CD en possède!). Votre table tournante va être très heureuse.

Réédition 2014: Incredible Bongo Band – Bongo Rock

Qu’ont en commun Grandmaster Flash, Jay-Z & Kanye West, Aphex Twin, Moby, The Roots et des centaines d’autres artistes dans les 40 dernières années?

Album: Bongo Rock
Artiste: Incredible Bongo Band

V.O.: 1973 Vinyle, Pride PRD-0028

En Test: 2014 Vinyle 180g

Étiquette: Mr Bongo
MRBLP118

Ce disque n’est plus disponible chez Fréquences. Demandez quand même si ça se trouve, ou attendez des arrivages, qui sait (mais je n’attendrais pas nécessairement)

Gagnant du disque le moins susceptible de révolutionner la musique, Incredible Bongo Band n’est pas un groupe malgré son nom! C’est pas mal le projet de Michael Viner qui a eu une demande d’une chanson pour un film d’horreur obscur. La chanson est devenue #1 au Canada alors il a reçu la demande de faire un disque entier, ce qu’il produisit à Vancouver avec l’aide de musiciens de studio pas mal au hasard. Tout est rigoureusement faux dans ce disque et de toute façon c’était prévu pour se faire imprimer en quelques copies et disparaître sans laisser de traces.

On se déplace deux ans plus tard dans le Bronx… DJ Kool Herc crée le principe du breakbeat, avec les break-dancers, les b-boys, les b-girls… et éventuellement, en 1975, il tombe sur Apache de Incredible Bongo Band, pour lequel il fait jouer deux disques en succession afin de faire poursuivre le break de Apache aussi longtemps que les danseurs dansent sur la chanson. Et à partir de ce moment, cette version louche d’un disque sans succès de Apache devint l’hymne du Bronx! Tous les partys se l’arrachent, tous les DJ l’utilisent, tout le monde le fait jouer, le hip hop est créé, le breakdancing est créé et tout le monde désire utiliser ce disque. Bien entendu, le hip hop serait arrivé malgré cette chanson, mais la planète aurait été bien différente aujourd’hui sans cette simple chanson, deuxième du disque.

On revient aujourd’hui… et cette chanson est encore utilisée! En fait, elle est tellement utilisée qu’un excellent documentaire a été tourné à son sujet et sur l’influence que ce disque a eu sur la musique: Sample This par Dan Forrer. Encore aujourd’hui, on utilise ce même rythme. Et pour le reste de l’album, c’est entre psychotronique et excellent, tout dépendant.

Côté qualité, la version originale du disque est très difficile à trouver à cause que les DJ du Bronx les ont carrément usés à la corde. Pour les peu de copies restant, c’est à des prix ridicules. L’étiquette et magasin de disque indépendant britannique Mr Bongo a décidé en 2014 de faire une version ultime du disque, à partir des bandes originales. Quelle version! Nul besoin de payer des centaines de dollars pour l’original quand on peut avoir une telle version pour le tiers du prix! Le disque répond parfaitement à la demande, est de superbe qualité, est beau, est fidèle à l’original et il sonne comme une tonne de briques. Wow!

Voilà qui met fin à ma semaine éditions 70s et moins. J’espère que vous avez aimé la gamme de disques de ces années. Retour à la programmation normale la semaine prochaine!

 

1973: Mike Oldfield – Tubular Bells

Est-ce que Tubular Bells a réellement besoin de présentation?

Album: Tubular Bells
Artiste: Mike Oldfield

En test: 1973 Vinyle (V.O. US)

Étiquette: Virgin
VR 13-105

Acheter le CD chez Fréquences

Acheter la version Black Friday 2013 Picture Disc chez Fréquences

C’est le genre de disque qui réapparaît régulièrement au fil des arrivages. Soyez patients si vous désirez une version vintage.

Album ayant frappé l’imaginaire de la planète, découvert via le film l’Exorciste en Amérique du Nord, le premier disque de Virgin Records, pièce ayant eu droit à des documentaires, des reprises, des études, nommez-les. Le tout avec un compositeur-interprète de génie ne cherchant pas à être la vedette, la très grosse majeure partie des instruments étant joués par Oldfield lui-même en multiples sessions sur le même ruban.

Et ce n’est pas rien. La pièce de plus de 45 minutes (25 et 23 minutes) fait pâlir d’envie les plus grands albums de progressive rock avec des mouvements allant du thème du début du disque jusqu’à la fin de la première face avec l’introduction des instruments individuellement en plus de 7 minutes, dont les fameux carillons tubulaires dans une apothéose d’instruments, avec chœurs en prime. Même la 2e partie, qu’on aurait pu penser reléguée en second plan, qui a été composée sur une beaucoup plus longue période, se révèle être impressionnante, avec multiples mouvements dont la partie carrément précurseur du death métal débutant vers le premier tiers de la face B avec les harmonies de lead guitars et les voix gutturales.

C’est le genre de disque qui faut avoir la bonne version. Un disque de plus de 20 minutes par face, en vinyle, ce n’est pas simple à jouer. Il y a 16 pistes en surimpression qui sont toutes utilisées à quelques endroits du disque. Parfois, les disques s’emballent, ne sont juste pas capables de reproduire toute la gamme musicale. C’est sans compter le transfert provenant du ruban qui peut être déficient parfois à la source. Je dirais que si vous désirez une version ultime, c’est le ruban en 7 1/2 pouces par seconde Virgin VGN 13105F que vous devez avoir. Mais sinon, le mieux est probablement de rechercher la version originale Virgin V2001, la version japonaise d’origine ou la version de 1997 en 180g… ou en sortant des vinyles, la nouvelle version de 2009 produite numériquement à travers les fichiers de production du SACD. Je ne vous recommande d’ailleurs pas la version japonaise récente: d’abord, elle est hors de prix, ensuite, elle provient des fichiers numériques. C’est aussi le genre de disque qu’on peut trouver partout, à peu de frais, et de qualité satisfaisante. Nul besoin de chercher la copie … La majeure partie des versions, tant qu’elle a été bien entretenue, va vous procurer amplement de joie et les versions audiophile sont plus des attrapes nigaud que des vraies versions audiophile.

Donc qualité … Ça va dépendre réellement de ce que vous allez trouver. Et attendez-vous tout de même à des bruits étranges, ça fait partie du lot de cette pièce unique d’anthologie. Mais ouf! Quel disque! Même ma petite version US simplette est incroyable.

1977: Musiques de l’O.N.F. Volume 1

L’Office National du Film n’est pas qu’un espace d’exploration pour les cinéastes. C’est aussi un espace d’exploration pour les compositeurs.

Album: Musiques de l’O.N.F. Volume 1: Musique sans image

Artistes variés

En test: Vinyle double 1977

Étiquette: Office National du Film du Canada

Ce disque a été acheté chez Fréquences il y a déjà deux bonnes années. Vous pouvez probablement en trouver une copie en-ligne.

L’ONF est une mine d’or d’exploration. Et je parle ici bien entendu des musiciens et des compositeurs. On peut penser à René Lussier par exemple qui est collaborateur pour les trames sonores de films depuis près de 40 ans.

Mais on peut aussi écrire livres et livres sur les techniques exploratoires musicales de l’ONF. Entre autres, le film permettant de recevoir de l’image mais aussi du son à travers différentes techniques d’impression de l’onde musicale, il n’en fallait pas plus pour que Norman McLaren travaille sur un procédé créatif de son gratté et de son photographié. Cet album est un hommage aux grands musiciens de la période de 1952 à 1971 qui ont marqué les films de l’ONF.

C’est expérimental! Et malgré que bien des chansons peuvent sonner électronique, elles sont surtout visuelles et peinturées. D’autres sont travaillées au ruban magnétique. Certaines sont des collages de sons ambiants. Et finalement, il y a la dernière chanson, Metadata, produite avec l’aide du Conseil National de Recherche du Canada, qui est la première expérimentation d’un ordinateur produisant des sonorités, le tout ensuite mixé en studio avec une trame sonore instrumentale. ceux qui me connaissent savent à quel point je suis un capoté des premiers balbutiements de synthèse informatique. J’ai été un des crackpots qui a demandé à Nadia Magnenat-Thalmann et Daniel Thalmann une copie VHS de leur film Vol de Rêve, question d’avoir la meilleure qualité possible de ce film incroyable. Alors pour moi, d’avoir une copie de Metadata en vinyle, c’est le pied… Mais c’est expérimental!

Et côté sonorité, c’est une compilation de pièces composées dans les années 52 à 71… prévues pour jouer sur film, parfois carrément composées sur film… et pièces qui sont voulues à pousser l’enveloppe, de musique contemporaine et (je ne crois pas vous l’avoir dit, vous m’en excuserez) expérimentale. Bref: le disque a un peu de bruit de fond il n’est pas totalement propre, il a une sonorité habituellement très sourde. Même les bandes ou films maîtres sont rendus à plusieurs générations, retravaillés avec les moyens du bord. Mais c’est de l’anthologie, c’est des techniques d’essais incroyables et c’est le pied à écouter, pour le peu que vous aimez la musique concrète.

On achète si on aime Pierre Henry, Iannis Xenakis, Edgard Varèse, Karlheinz Stockhausen.

Réimpression 1967: Gilles Vigneault – Jack Monnoloy

Il faut bien célébrer la journée des Patriotes avec un de nos grands.

Album: Jack Monnoloy
Artiste: Gilles Vigneault

V.O.: 1962 Vinyle Columbia
FL-292 (Mono)/FS-538 (Stéréo)

En Test: 1967 Vinyle

Étiquette: Harmonie / Columbia
KHF 90082

Ce disque est disponible au gré des arrivages de Fréquences. Amusez-vous avec des rééditions CD ou des versions que vous retrouverez certainement un jour ou l’autre.

C’est quand même amusant d’écrire réimpression 1967 … et c’est aussi pourquoi les disques vinyles, c’est génial! On peut y retrouver de nos plus grands, en qualité exceptionnelle, pour quelques dollars. Comme d’aucuns aiment bouquiner, moi, c’est les disques que je recherche. Que ce soit de la pop à un million de copies ou de la musique réalisée par un passionné gravé en 200 copies.

Mais ce disque … c’est de la musique populaire d’ici. C’est notre ADN. C’est un disque spectacle du début 60, c’est un disque qui a gagné le Grand Prix du disque Canadien CKAC. Tous ceux qui aiment la musique d’ici connaissent ces chansons et je suis certain qu’il n’y a pas eu que trois copies de ce disque. Tout le monde devait l’avoir. En fait, je me rappelle la pochette originale de 1962 de mon enfance.

Et côté qualité… c’est impeccable. C’est juste impeccable. La voix est superbe, les instruments sont beaux, tout est chaleureux, c’est bon enfant, le petit auditoire est respectueux et clair. C’est certain que les coupures niveau bande magnétique sont un peu brouillonnes lorsqu’il y en a (subtil comme une tonne de briques) et qu’il faut s’attendre à du popcorn sur un tel album célébrant son 50e anniversaire. Reste que ça n’empêche aucunement l’écoute du disque et d’être ému et amusé par les paroles de Vigneault, et d’adorer les exceptionnels musiciens.

Bonne journée nationale des patriotes tout le monde!

Réédition RSD2017: The Allen Toussaint Collection

Un petit disque en retard pour la folie du RSD. Est-ce que ça valait la peine d’attendre?

Album: The Allen Toussaint Collection
Artiste: Allen Toussaint

V.O.: 1991 CD
Reprise Records, Nonesuch, 926549-2

En test: 2017 Vinyle double (3 faces), Record Store Day

Étiquette: Reprise Records, Nonesuch
26549-1

Ce disque n’était disponible qu’en édition limitée au Record Store Day, hélas Fréquences n’en a pas eu des tonnes de copies, et les a reçues en retard. Sautez dessus en vente en-ligne avant qu’il ne soit plus achetable… ou demandez à votre disquaire directement leur opinion sur le sujet.

Si on parle de soul pop, on parle de feu cet artiste incroyable de la Nouvelle-Orélans. Ce n’est pas qu’un artiste, c’est l’artiste soul. Panthéon du Rock & Roll, panthéon des auteurs, carrière à succès habituellement en arrière-plan et en composition avec les plus grands musiciens, carrière à succès avec ses propres disques. C’est un peu le Burt Bacharach du soul américain. Après une longue carrière dans le monde de la musique, il est décédé fin 2015 lors d’une tournée mondiale.

Malgré ses succès, une belle voix, des talents indéniables d’auteur-compositeur-interprète, malgré qu’il ait été producteur des plus grands et de leurs succès, il reste relativement méconnu. En fait, il faut avoir eu une introduction sur Allen Toussaint avant soudainement de se rendre comme à côté de quoi on est passés. Mon introduction a été faite il y a deux ans, en écoutant une compilation et en me posant la question qui chantait une pièce de musique vraiment excellente. Je crois que j’ai passé une semaine au travail à écouter tout ce qui bouge de lui sur Internet. Quand j’ai su qu’il y avait une compilation de ses œuvres qui sortait au RSD, j’ai eu à sauter dessus à pieds joints avec un ooooh maille god!

Et ce disque, contenant ses plus grands succès, est parfaitement enregistré. À la place de tenter de tout entrer un CD surplein sur un seul vinyle, Nonesuch a préféré le séparer en trois faces parfaitement matricées. Une des façons que je peux déterminer que les disques proviennent de bandes magnétiques est la façon que les pistes sont enregistrées sur le disque. On remarquera que les pistes sont très petites sur le disque, malgré son plein volume et leur qualité. Les bandes magnétiques ont en effet le bon goût de reproduire la gamme de fréquences sur lesquelles les disques vinyles sont parfaitement confortables à graver. Le disque peut donc sonner fort aérien, comme une tonne de briques, avoir toute l’émotion de la voix, des cuivres à couper le souffle, des pianos francs, des guitares avec une attaque nette et franches, mais rester campé dans un petit espace sur le disque, merci à la bande maîtresse magnétique. Ce n’est bien entendu pas toujours vrai, mais c’est un très bon indice quand même.

Avec bien évidemment le bruit de fond de ce dernier. Certaines pièces, et le CD d’origine s’en excuse, proviennent de vieilles bandes où le bruit de fond est omniprésent. La première pièce par exemple a beaucoup de bruit de fond, mais c’est évident que ça provient de la source. Pour le reste, le vinyle est très propre, très beau, la gravure de la 4e face est vraiment bien aussi, le disque est simplement in-cro-yable. Une des perles du RSD2017 à mon avis.

On achète si on aime Curtis Mayfield, The Neville Brothers, Eddie Bo, Tina Turner, The Staple Signers, Wilson Pickett, Rufus Thomas, Bill Withers.

2017: Goldfrapp – Silver Eye

Le duo synthpop britannique est de retour avec Silver Eye après une pause de 4 ans.

Album: Silver Eye
Artiste: Goldfrapp

En Test: 2017 Vinyle (noir)

Étiquette: Mute
9669-1

Acheter le disque vinyle chez Fréquences

Lorsque j’ai vu que Goldfrapp était de retour, ça m’a pris environ 8 secondes pour que ma commande du nouveau vinyle soit passée chez Fréquences. Et je suis généreux. J’étais au travail, j’ai vu le nom du groupe, ai pris mon téléphone et il n’y a eu qu’un mot: Goldfrapp!

Si vous ne connaissez pas le groupe, il est composé de deux musiciens. Alison Goldfrapp bien entendu, mais aussi de Will Gregory, musicien de studio qui a trouvé sa voie avec ce duo. Ils ont étés connus surtout pour leur album de 2005 Supernature et l’album précédent, Black Cherry, a reçu une reconnaissance internationale à partir de ce moment. D’ailleurs, si vous désirez avoir un de ces deux albums en vinyle, bonne chance, les moins dispendieux sont hors de prix pour un vinyle 90 grammes! Les autres albums sont un peu plus tombés dans l’oubli malgré le fait que le groupe soit encore actif, victime du succès j’imagine, vu qu’il y a un style Goldfrapp bien précis, qui est un mélange de synthpop, de downtempo, de rock, d’industriel (si on cherche bien loin 😉 ) et c’est le même style qui nous est proposé depuis le début du groupe.

Côté album, c’est quelques chansons pop à tabac, quelques chansons spéciales et toujours du bon vieux Goldfrapp qu’on aime. C’est chien de dire ça en même temps, ça paraît le temps qui est passé à la création, au style, à l’innovation. Mais le groupe produit et demeurent dans ce qu’ils excellent. En tant que tel, l’album est très bon, je dirais que malgré la constance de ce dernier, je me satisfais pleinement de la première face. C’est peut-être une des raisons pour lesquelles il ne monte pas au #1. Regrets d’achat? Oh que non!

Côté qualité, c’est un disque traditionnel, une 20aine de minutes par face, quelques bons succès, de la très bonne qualité de production, du dosage partout, aucune exubérance, c’est précis, beau. Ça sent presque le savon. Le disque est d’ailleurs relativement propre, un peu de bruit de fond mais sans plus. Par contre, l’objet… ouf! Pochette en encart, photos superbes (prises par Mme. Goldfrapp elle-même), posters. Le tout a l’air d’un bonbon bien rond. Même la nudité partielle de l’intérieur de l’encart sent la retenue et la propreté, la touche britannique du «oh! shocking!» parfaitement cartésien. C’est ce petit côté qui, d’après moi, manque à leurs disques récents, l’idée que Alison a été junkie dans sa jeunesse, le rappel du tumulte, les fonds du vidéoclip Ride A White Horse, l’exubérance qui est méritée sur ce style de musique. Je n’en veux pas du tout à Ray Janos qui a fait le superbe matriçage vinyle, c’est son mandat, mais j’aurais aimé sortir de mon siège, être inconfortable, pas juste être ébloui. C’est aussi propre que du Tasmin Archer, c’est du Morcheeba sans le rap. Mais c’est du Goldfrapp à 100%!

On achète si on aime Röyksopp, Portishead, Morcheeba, Ladytron, Moloko, La Roux.

Spéciale consigne: Blue Cheese, Corridor

Troisième article sur les consignes! Cette fois-ci, du stoner et du rock planant, en belles couleurs.

Album: Blue Cheese
Artiste: Blue Cheese
Style: Stoner Rock

En Test: 2014 Vinyle Bleu

Étiquette: Kapuano Records

Page Facebook du groupe

Si vous allez à Terrebonne, vous risquez d’avoir des groupes de Terrebonne! De se déplacer ailleurs que son chez-soi et de s’ouvrir aux groupes locaux veut dire de faire des découvertes comme celle-ci, avec un Marc-Olivier qui m’a dit «non non t’achètes ça, pas de mais!». D’inviter les groupes dans d’autres villes et villages permet aussi aux magasins de disque d’avoir accès à leur stock aussi vu qu’ils en apportent en consigne. Sinon, il faut aller les découvrir nous-mêmes.

Pour la petite histoire, Kapuano Records est responsable du tout premier disque des Deuxluxes et ils sont toujours actifs sur plein de projets locaux dans la grande région. Entre autres, on peut souhaiter un premier disque vinyle de Smitty Bacalley un jour.

Pour du stoner, c’est vraiment bizarre à souhait, c’est louche, de la grosse basse pour débuter le disque, de la voix qui a vu trop de bon stock, de la grosse guitare lourde et sale, du rythme métal qui bûche. Leur disque a vu trop de compression côté vinyle et sonne un peu mince, il manque de profondeur. Ça sonne le numérique directement vers le vinyle sans autre traitement. Mais à défaut de les voir en vrai, c’est  façon d’écouter la reproduction à mon avis: en bleu avec un bon pickup.

Ouf, je viens de relire mes phrases, je devrais réellement me tenir loin du patchouli en écrivant mes critiques.

Album: Un Magicien En Toi
Artiste: Corridor
Style: Rock style 60’s lo-fi

En test: 2014 Vinyle jaune une face

Étiquette: L’Oeil du Tigre
ODT-021

Acheter le disque vinyle chez Fréquences

De l’influence de Beck, de l’influence de lo-fi, Corridor est un groupe qui nous fait rocker et planer et qui cherche un feel, une ambiance, une sonorité et de fumer du bon stock plus que de tenter de bien sonner. Quand on écoute ça, c’est n’importe quoi. Et quand on a du n’importe quoi, on se rends compte que c’est réalisé avec beaucoup plus de recherche et de finition que beaucoup d’autres groupes modernes.

Leur sonorité est recherchée, leur étude sur le lo-fi est de façon surprenante très high-fi, leur retour aux sources veut dire d’utiliser des procédés, des matériaux et des outils de très haute qualité afin de conserver l’atmosphère.

Et côté disque … je ne sais pas quoi penser. C’est prévu dégradé. Il y a une dualité numérique, mais un traitement par bandes magnétiques pour la sonorité compressée avec les basses plus présentes qu’on aime. Il y a plein de musique ridicule et louche, des effets spéciaux à sortir les pilous à la place du patchouli, un disque super silencieux sur une seule face, des instruments francs mais une voix hors-scène. Bref: c’est de la basse fidélité parfaitement réussie!

En bonus, la semaine prochaine, ils sortent un troisième album, Supermercado, sur une autre étiquette, Requiem pour un twister. Ils le disent plus extrême mais plus pop. Ah, bon! En tout cas, comptez sur moi pour acheter leur prochaine offrande.


Eh voilà, trois articles sur des disques moins connus. Parfois des groupes d’un autre temps, parfois des groupes qui ont marqué un style musical, mais aussi beaucoup de groupes qui sont à découvrir sur une scène ou chez votre disquaire. Ce ne sont pas des disques qui sont recherchés par les gens, il n’y a pas un gros battage médiatique pour ces disques, ils sont méconnus sur Internet parce qu’ils ne sont connus que par leurs fans et dans leur communauté. Bref: ce sont des disques à découvrir, c’est notre ADN et nos passionnés.

J’aurais pu en sortir beaucoup plus, du plus connu comme Maryse Letarte qui a un superbe disque en consigne, du pop hommage du fantastique Martin Levac, des groupes punk à la Chahut d’ruelle, des autres disques de Of Tanz. Je vous en ai aussi sorti plusieurs précédemment, disséminés dans mes critiques et je vais continuer de le faire dans le futur.

Tout ceci n’est que le début à votre découverte. Je viens d’écrire à propos de Supermercado qui va sortir la semaine prochaine. Mais les gars de Offside jubilaient à parler de leur futur disque qui va sortir prochainement. J’avais écrit un article sur Technical Kidman il y a deux mois et ils disaient vouloir sortir un nouveau disque bientôt (ils sont en tournée constante d’ailleurs, surveillez leur Facebook). Et c’est le début de ma découverte aussi! À chaque fois que je vais chez Fréquences ou même chez n’importe quel disquaire, j’aime parler avec les gens passionnés qui s’y trouvent et j’aime leur demander ce qu’ils aiment écouter, leurs coups de coeur, leurs bands locaux, échanger avec eux. Je n’aurais probablement jamais acheté le très bon 45 tours de Offside si le band n’était pas passé en magasin. 3 articles plus loin, à 2h38 du matin, je suis en train de terminer cette série d’articles et j’ai eu vraiment trop de plaisir à écouter tous ces disques. J’ai hâte que vous me fassiez découvrir les prochains!

Spéciale consigne: …Of Tanz Victims, Nouveau Jazz Libre du Québec

Deuxième article de l’édition spéciale consigne! Aujourd’hui, des phares de la musique archi-(mé)connus, des bombes de leur milieu pour lesquels on doit savoir qu’ils existent. Incursion dans le monde industriel et dans le monde du jazz libre.

Album: Scanning Elle Dementia
Artiste: …Of Tanz Victims
Style: Industriel

En test: 1986 Vinyle 12″ 45 tours EP

Étiquette: Bunker Records
WRC2-4933

Voir ce qui est disponible de …Of Tanz Victims chez Fréquences

Dans les années 80, lors de l’explosion des styles musicaux, on avait tendance à tout mettre dans le lot de l’«alternatif», quand on ne savait pas réellement où les placer, est-ce de l’électronique, est-ce du rock, c’est de la musique actuelle? Alternatif est le terme à la mode. Il y avait un animateur radio qui ne se laissait pas berner: Claude Rajotte – le premier à nous sortir des groupes d’industriel tels que Einstürzende Neubauten, Cabaret Voltaire ou même des bons vieux Throbbing Gristle expérimentaux. Ensuite arrivèrent des groupes de pop industriel, tel que les Nine Inch Nails, Marilyn Manson et compagnie qui popularisèrent une version commerciale de l’industriel.

Mais à la base, c’est une musique forte, violente et dont les artistes du Québec ne sont encore une fois pas prophètes dans leur pays. …Of Tanz Victims est un des grands groupes de musique industrielle (et d’autres styles beaucoup moins classables – aucun de leur disque n’est pareil) des années 80. Même chose pour Vromb qui débuta dans les années 90, dans un style industriel plus conventionnel.

Et les disques qu’on peut retrouver chez Fréquences sont des pièces d’anthologies parfaitement enregistrées et neuves, scellées des années 80, merci à monsieur De La Carignan qui vint en apporter des copies lui-même selon Will. J’ai décidé de vous parler de Scanning Elle Dementia, un EP 45 tours. Et il n’y a rien à y redire, c’est industriel, c’est hard, c’est fort, c’est beau, ça provient de bandes magnétiques et c’est des méchantes chansons. Le disque est superbe.

Album: En direct du Suoni Per Il Popolo
Artiste: Nouveau Jazz Libre du Québec
Style: Free jazz

En test: 2014 Vinyle transparent

Étiquette: Bronze Age Records

Acheter le disque vinyle chez Fréquences

Pour la petite histoire du disque, le Suoni Per Il Popolo, il s’agit d’un festival de musique d’avant-garde annuel préparé par la Casa Del Popolo et de plusieurs salles affiliées, dont la Sala Rossa juste de l’autre bord de la rue. Pour la plus grande histoire, il faut penser à l’étiquette Constellation, au groupe GY!BE et de toute cette clique artistique prolifique. Les salles, le festival, les groupes et l’idée d’avant-garde peu importe les styles musicaux, ça provient de là. Et le groupe d’origine, c’était Le Quatuor de Jazz libre du Québec avec entre autres Guy Thouin à la batterie. Ça, c’était en 1967. On remonte 45 ans plus tard et on a une collaboration d’un soir, Guy Thouin et Bryan Highbloom, avec Raymon Torchinsky, pour une soirée endiablée très loin de la musique de chansonniers.

Le genre de disque qui n’arrivera plus jamais. Et le genre d’étiquette qui a décidé qu’eux, c’est en vinyle que ça se passe, pour l’objet d’art. Les trois offrandes de Bronze Age Records sont des disques uniques, produits par Joseph Torchinsky avec passion. C’est aussi le genre de disque enregistré en direct qui déménage solidement. Très belle production, très beau disque et de la superbe musique.

Suite et fin de cette trilogie sur les disques en consigne demain!