2018: Seun Kuti & Egypt 80 – Black Times

Retour de la légende, fils cadet!

Album : Black Times
Artiste : Seun Kuti & Egypt 80

En Test : 2018; vinyle double en encart

Étiquette : Strut Records, !K7 Label Group; STRUT163LP

Acheter le disque vinyle double chez Fréquences

Acheter le CD chez Fréquences

On a parfois la chance d’avoir de grandes familles musicales. On peut penser aux Marley bien entendu, et ici, on a droit aux Kuti. D’abord avec Fela Kuti (1938-1997), qui nous a habitués aux longues chansons d’une quinzaine de minutes sur un thème. Ensuite, avec son plus vieux fils, Femi Kuti, grand saxophoniste avec paroles toujours aussi incendiaires, reprenant bien l’Afrobeat de son père. Finalement, nous avons ici Seun Kuti, le plus jeune des fils de Fela, célébrant ici son dixième anniversaire d’enregistrement de disques avec le groupe de son défunt père Egypt 80. Black Times, un excellent disque suivant la tradition familiale d’Afrobeat, possède des chansons beaucoup plus courtes (moins de dix minutes par chanson), mais tout aussi incendiaires. La chanson-titre du disque est jouée de concert avec Carlos Santana à la guitare électrique, ce qui ajoute une touche magique au tout.

Il faut faire confiance à Strut pour produire de si grands disques. Il est rare d’avoir de mauvais produits avec cette étiquette, spécialisée dans la réédition de vieux disques. Mais ici, leur étiquette parente !K7 Label Group continue de leur donner carte blanche avec des exceptions confirmant la règle, en produisant des disques de nouveaux contenus. Malgré l’utilisation de moyens modernes, toute l’équipe de production, de Pierre Dozin à l’enregistrement (faisant affaire avec Seun depuis 2015), Qmillion au montage (ayant entre autres gagné un Grammy en 2013 pour Black Radio de Robert Glasper), jusqu’à Frank Merritt au matriçage vinyle (travaillant avec Strut depuis quelques années, dont le projet de réédition de Fẹla – Live In Detroit 1986), ont fait de leur mieux afin de conserver l’énergie et la sonorité propres à l’Afrobeat. De la basse à profusion, une simplicité d’arrangements malgré la quantité d’instruments, une sonorité coulante de souche donnant le goût de danser. Enfin différent de ce que Fela faisait, une belle progression du style musical, tout en restant déférent. Longue vie à Seun!

Réédition 1978 / 2016: Hailu Mergia & Dahlak Band – Wede Harer Guzo

Danse Éthiopienne de 1978

Album: Wede Harer Guzo
Artiste: Hailu Mergia & Dahlak Band

V.O.: 1978 Cassette
SM Recording (Éthiopie)

En Test: 2016 Vinyle double
Awesome Tapes From Africa
ATFA 021LP

Acheter le disque vinyle double chez Fréquences

Tout ce que j’ai appris de ce groupe, c’est à travers des recherches Internet et la page informative fournie avec le vinyle. Et c’est bien peu de choses : groupe en vogue auprès des jeunes éthiopiens il y a 40 ans, alors qu’il y avait un régime sévère qui contrôlait le pays avec des couvre-feux. N’en déplaise à ces derniers, les clubs de nuit ouvraient avant le couvre-feu et les gens dansaient jusqu’au lever du jour.

Le style musical représenté ici est un mélange d’afrobeat, de musique très relax et chaleureuse, des longs grooves dignes de Blue Note Lost Grooves, une touche éthiopienne traditionnelle, un soupçon de soul, des chœurs, de la joie. C’est différent, mais aussi c’est une obligation pour les admirateurs d’afrobeat!

Et la qualité ? Disque double, gravure impeccable, disques épais, passion… et aucune qualité! L’étiquette Awesome Tapes From Africa se spécialise dans la réédition de rubans musicaux provenant d’Afrique. Non, il n’y a jamais eu de vinyle; non, la bande maîtresse n’a jamais été conservée. Tout ce qu’on possède de cette tranche de vie, c’est une petite cassette qui avait ses 38 ans bien sonnés lorsqu’ils ont fait le transfert et tenté de récupérer un peu de qualité de ça, cassette fournie par Hailu Mergia lui-même, sa seule copie! La bande était écrêtée, les volumes approximatifs, ce n’est pas du tout quelque chose de haute qualité, sans compter la qualité de base du matériel d’enregistrement. On est loin des Fela Kuti ou des Tony Allen! N’empêche que ça s’écoute comme dans du beurre, fondu à la chaleur des nuits éthiopiennes! Audiophiles, ce n’est pas pour vous!

Réimpression compilation 2002/2017: Ghana Soundz

Le dernier article ils sont partis en vacances on fait la fête! L’équipe sera de retour, fraîche, dispose et bronzée pour dénicher des folies musicales dès lundi!

On part dans les vapeurs 70’s!

Album : Ghana Soundz: Afro-Beat, Funk and Fusion in 70’s Ghana

Compilation

V.O. : 2002 Vinyle double
Soundway SNDWLP001

En Test : 2017 Vinyle double en réimpression

Étiquette : Soundway
SNDWLP001

Acheter le disque vinyle double chez Fréquences

Récipiendaire du prestigieux prix de la photo frontispice d’album représentant la personne la plus partie qui m’ait fait plaisir de voir à date, je ne sais pas ce que Nana Ampadu (The African Brothers) fume, mais ça semble bon en sale! Il n’a pas l’air sérieux pour deux sous avec son casque. Pour la petite histoire, c’est un extraordinaire compositeur, ayant plus de 800 compositions créditées, musicien ghanéen de renom. C’est une légende vivante. Mais sur la photo, il ne fait pas exactement sérieux.

Cet album est le premier de l’étiquette Soundway, c’est le disque de compilation qui a démarré leur longue carrière. Aujourd’hui avec plus d’une centaine d’offrandes d’à travers le monde, Soundway est fort respectée en tant qu’étiquette avec des offres telles que la compilation Doing It In Lagos sortie l’an passé.

Et ce premier album, ils ont été gentils de bien vouloir le réimprimer sans aucune modification. Toujours le même album génial à écouter, avec de la musique de danse endiablée. Toujours le même album avec des pièces de musiques obscures qui méritent d’être découvertes. Mais aussi toujours le même album compressé et maximisé, avec une belle sonorité juste jouant trop fort pour la vie et aucune subtilité de jeu. Reste que la musique qui y est jouée n’a pas de subtilité non plus, ce n’est pas les enregistrements du siècle, alors je dirais que c’est de bonne guerre. C’est un super bon album à écouter, avec une très bonne qualité de gravure, juste un peu trop maximisé à mon goût.

Réédition 2015: Ali Farka Touré with Ry Cooder – Talking Timbuktu

Réédition d’un des albums fous d’un des grands de la musique africaine et du blues du désert. Tout pour se mettre un peu de soleil dans sa vie!

Ali Farka Touré, Ry Cooder - Talking TimbuktuAlbum: Talking Timbuktu
Artiste: Ali Farka Touré et Ry Cooder

V.O.: 1994 Vinyle et CD, World Music

En Test: 2015 Vinyle double 180g

Étiquette: World Circuit
WCV040

Acheter le disque vinyle chez Fréquences

Acheter le CD chez Fréquences

Deux grands de la musique, deux grands guitaristes, deux piliers de leur musique respective avec (dans le temps) plus de 15 ans d’expérience et ils se rencontrent afin de produire un superbe disque. L’album est tout ce qu’on recherche du blues du désert: une part de afrobeat, une part de reggae, une part de blues, de la musique ethnique, de la musique respectueuse et différente, et deux têtes qui s’inspirent un de l’autre afin de produire un disque mémorable.

Je me suis déjà rendu dans un spectacle avec plusieurs légendes, où chacun respectait tellement, était tellement intimidé par les autres que ça n’a jamais levé. C’est la difficulté du pari entre des grands esprits: est-ce que les atomes seront crochus, est-ce que ça va faire lever la pâte, est-ce qu’il va y avoir une réelle cohésion, est-ce que la somme des ingrédients va donner un résultat majestueux ou une bouillie infâme. Ici, cet album, ça lève, et pas juste un peu. Une des raisons, à mon avis, est aussi que Cooder s’est tenu en veilleuse: c’est un album de Touré, avec Cooder qui a aidé, participé, produit, qui ajoute à ce que Touré propose. Comme mon ami musicien Broon me l’a si bien expliqué, en musique, l’accompagnateur a le gros du rôle, c’est lui qui donne les assises pour que l’artiste puisse se livrer en toute confiance, c’est lui qui agit par abnégation et qui travaille pour que la vedette brille. C’est la cas ici. Un grand selon toutes les métriques, Ry Cooder se livre totalement au jeu d’Ali Farka Touré.

Encore plus, cet album a été produit avec toute la qualité nécessaire pour faire briller les artistes. Ils se sont donnés les moyens nécessaires à nous faire tomber sur le charme. Autant c’est minimaliste, autant tout y est. La prise de son est incroyables, les instruments sont incroyables, les voix sont chaudes, les rythmes sont à couper le souffle. Et quand je parle des gens travaillant dans l’ombre, on a des grands ingénieurs à l’enregistrement et au mixage, sans compter au matriçage on a une autre légende avec Bernie Grundman. Ce n’est pas juste une petite version, c’est une grande version.

Donc, c’est la totale? C’est la totale. Ça surprend tellement c’est naturel. Selon votre inspiration, ça donne le goût de danser, d’écouter, de fumer, mais ça donne le goût d’être heureux. Les deux protagonistes ont le sourire sur la pochette, et c’est contagieux. Un très grand disque, une très grande production, une très grande réalisation, une excellente version rééditée.

On achète si on aime Habib Koité. Fatoumata Diawara, Afrocubism, Taj Mahal, Rough Guide to Desert Blues.

2016: Compilation: Doing It In Lagos

Peu d’endroits peuvent se targuer d’être un berceau d’influence mondial sur la musique. Un de ces pays est le Nigeria. Et leur funk et disco unique des années 80 en est la preuve.

Doing It In LagosAlbum: Doing It In Lagos: Boogie, Pop & Disco in 1980s Nigeria
Compilation

En test: 2016 Vinyle

Étiquette: Soundway Records
SNDWLP087

Acheter les disques vinyles chez Fréquences

Acheter les CD chez Fréquences

Le Nigeria est un de ces endroits mythiques pour la musique. Fela, Femi et Seun Kuti ont assuré le côté afrobeat; William Onyeabor a apporté le côté électronique à l’afrobeat, et une panoplie de musiciens ont brodé sur le sujet, se rendant jusqu’au disco funky. Cet album démarre où la compilation Brand New Wayo s’arrête, avec un côté beaucoup plus disco, orchestral. Continue reading