2016: Compilation: Doing It In Lagos

Peu d’endroits peuvent se targuer d’être un berceau d’influence mondial sur la musique. Un de ces pays est le Nigeria. Et leur funk et disco unique des années 80 en est la preuve.

Doing It In LagosAlbum: Doing It In Lagos: Boogie, Pop & Disco in 1980s Nigeria
Compilation

En test: 2016 Vinyle

Étiquette: Soundway Records
SNDWLP087

Acheter les disques vinyles chez Fréquences

Acheter les CD chez Fréquences

Le Nigeria est un de ces endroits mythiques pour la musique. Fela, Femi et Seun Kuti ont assuré le côté afrobeat; William Onyeabor a apporté le côté électronique à l’afrobeat, et une panoplie de musiciens ont brodé sur le sujet, se rendant jusqu’au disco funky. Cet album démarre où la compilation Brand New Wayo s’arrête, avec un côté beaucoup plus disco, orchestral.

Encore une autre très forte suggestion de la part de JF. J’ai déjà beaucoup des groupes et disques sus-mentionnés, dont Brand New Wayo qui est excellente. J’allais réellement passer mon tour. Mais il a insisté avec un ton disant que je ne devais pas passer à côté l’achat de ce vinyle. J’ai cédé.

Cette compilation est un beau cadeau, elle s’écoute toute seule. La version CD est parfaite à écouter, pour les partys, pour faire différent du disco que tout le monde écoute, tout en ayant un excellent rythme portant définitivement à danser. Toute personne férue du renouveau disco va adorer! Mais c’est avec la version vinyle que ça brille. Juste pour l’objet, c’est quelque chose. Beau livret, disque super stylé, 80’s style. En plus, c’est une compilation avec trois disques et un 45 tours! Ce n’est pas rien.

Et pour la qualité, c’est mon premier disque de Soundway Records. Je ne savais absolument pas à quoi m’attendre. Il y a quelques bruits louches ça et là entre les pistes, mais le disque est silencieux à outrance. Le volume y est pour quelque chose, avec 15 minutes par face, ils n’ont pas eus de compromis à faire. Ils ont aussi décidé de ne pas surtravailler les pièces lors de leur remastering, préférant garder le côté organique. On a donc des boums de volume louches, des instruments parfois bizarrement enregistrés, le son est parfois superbe, parfois dégradé. Parfois, il y a un peu un côté digital qui transparaît sur le travail de certains instruments mais c’est de parfaite bonne guerre. On sent que c’est une compilation faite par des passionnés, avec un souci d’authenticité. Wow! À trouver! Et chers amis de Fréquences, je vous précommande le futur disque Soundway sur l’afrobeat du Ghana! C’est dit!

On achète si on aime William Onyeabor, Le Couleur, Tony Allen, David Byrne, Antibalas Afrobeat Orchestra.

Laisser un commentaire