Réédition 1993/RSD2018: Jesus Jones – Zeroes + Ones

Traitement royal pour une excellente chanson breakbeat!

Album: 00+11×25 [Zeroes + Ones 25th Anniversary]

Artiste: Jesus Jones
Remix de: Aphex Twin, The Prodigy

V.O.: 1993 Vinyle; FOOD, EMI; 12FOOD44

En Test: 2018 Vinyle transparent 45RPM, édition RSD limitée à 1000 exemplaires

Étiquette: Razor & Tie; RZR00373

Acheter le vinyle transparent chez Fréquences

Pour un one-hit wonder sur une autre chanson, c’est tout un traitement! Le groupe a été connu surtout pour sa superbe chanson Right Here, Right Now, qui a été un succès international instantané. Ils ont aussi eus quelques autres succès plus locaux. Mais ce qui fait fait mal, c’est la chanson Zeroes + Ones! Mélange de breakbeat, électro-clash violent, IDM avant son temps, synthés à profusion, avec une voix suave à la Tears for Fears, c’est tout un mélange. Cette chanson a fait ses heures dans tous les clubs alternatifs de la planète. Jugez par vous-même.

Et ce disque, c’est la version à avoir à cause des remix. Les deux chansons ambiantes, planantes, de Aphex Twin, qui n’ont plus rien à voir avec la version originale, sont des chef d’œuvres du genre. Et sur l’autre face, que dire de la version de The Prodigy, à faire jouer à tue-tête (attention à vos haut parleurs et caissons d’extrême graves, si vous désirez vous rendre avec assez de volume pour les aigus, vous allez devoir y aller avec des millier de watts de déscelleurs de fondation de maison)? Finalement, la dernière piste est quelque chose de spécial: c’est la chanson originale, mais sans paroles! C’est la version envoyée en démo de la chanson, qui n’a jamais été sortie grand public auparavant. Donc, vous n’aurez pas la chanson Zeroes And Ones sur la sortie 25e anniversaire de Zeroes And Ones!

Côté qualité, c’est à planer pour le Aphex Twin, c’est avec une basse tonitruante pour le Prodigy (peut-être un peu sourd, je me serais laissé une petite gène et aurais mis la pédale légèrement plus douce à ce niveau), et c’est avec une très belle balance qui ne fait pas crisper des oreilles pour l’instrumental, mais qui déchire amplement. Tout ce qu’on pourrait demander!

Réédition 2005/2014: The Prodigy – Their Law: The Singles 1990-2005

Les originaux du Big Beat Hardcore, sur vinyle!

Artiste: The Prodigy
Album: Their Law: The Singles 1990-2005

V.O.: 2005 CD double, XL Recordings XLCD 190

En Test: 2014 Vinyle double en encart

Étiquette: XL Recordings
XLLP190

Acheter le disque vinyle double chez Fréquences

De dire que The Prodigy a été une influence est un euphémisme. Cette sonorité incroyable provenant de Grande-Bretagne a dépoussiéré une génération entière. Le côté plus crasse de The Prodigy faisant contrepartie au côté plus propre de The Chemical Brothers, plus artistique-expérimental de Future Sounds Of London. Auparavant, dans les années 80, la sonorité européenne était plutôt reconnue comme ayant peu de basses, dont ces dernières étaient représentées par des clics dans les aigus (pour reprendre la phrase de Moroder «but I knew I needed a click, so we put the click»). Non contents de cet état de fait, les groupes de Breakbeat y mettent toute la gomme dès 1989 et créent le Big Beat. De la basse, vous en voulez? The Prodigy en ajoute une couche avec ses paroles violentes, des vidéoclips décoiffant et faisant polémique, un style carrément sale.

Ici, à part pour les fanatiques du style, on a surtout connu ces groupes à travers le jeu wipEout XL, version Nord-Américaine de wipEout 2097, nous faisant découvrir des premières pistes de Future Sound of London, Fluke, The Chemical Brothers, Underworld, Daft Punk, Orbital, Leftfield et bien entendu The Prodigy, le tout en version instrumentale. La trame sonore est encore une référence en la matière aujourd’hui. Le disque de compilation Their Law, sortie en 2005, est sorti lors du creux où peu de disques vinyle se faisaient produire. C’est un peu normal qu’on eût uniquement accès à une version CD, et il était temps que XL Recordings y remédie. On avait en effet droit à plusieurs des disques de The Prodigy en vinyle. Surtout que le style se prête parfaitement au vinyle!

D’ailleurs, pour la qualité, si je compare avec The Fat Of The Land, on a des versions des chansons légèrement plus compressées et respirant moins. Il faut dire que, compilation oblige, ils ont mis environ 20 minutes de musique par face, ce qui est énorme pour ce style musical. Le disque, superbe d’ailleurs, a un peu trop de bruit de fond, mais ce n’est pas trop problématique, on l’oublie bien vite quand la musique démarre, à tue-tête, avec tout ce qu’on s’attendrait d’avoir comme basse tonitruante et déchaussante son caisson d’extrêmes-graves, au grand malheur de ses voisins, qui peuvent bien sonner ou frapper du balai, on ne les entendra juste pas, ni les policiers qui vont passer pour demander de baisser le volume. Comme je disais, il y a de la compression, mais elle n’est pas du tout déplacée, les moments doux sont contrebalancés par l’extrême pression de la défonce qui les suit. Les boums de basse ne modifiant pas le niveau des aigus. Si on compare la version vinyle et la version numérique, on ne revient plus au numérique tellement cette dernière est compressée en comparaison!

Sur ce, je dois aller mettre de la glace sur mes oreilles! Et XL, la prochaine fois, faites une compilation en quatre disques et mettez-y tous les succès du CD double, pas uniquement le premier disque!

2013 & 2014: Machinedrum – Vapor City & Vapor City Archives

C’est le temps de sortir ses solos de machine à laver sur deux disques doubles ayant assez de basse pour nous faire voir quadruple… et tomber dans le piège de surprises stylistiques!

Album: Vapor City
Artiste: Machinedrum

En Test: 2013 Vinyle double

Étiquette: Ninja Tune
ZEN200

Acheter le disque vinyle double chez Fréquences

Acheter le CD chez Fréquences

Ce n’est pas juste un peu de petite basse minable ici. Travis Stewart (Machinedrum) a pondu un véritable bijou du Drum n’ Bass avec son album Vapor City. Ninja Tune, jamais en reste sur ses artistes lorsqu’il détient un filon, y a mis le paquet. Ce projet a valu à Machinedrum une tournée, des douzaines de versions simples de ses chansons et même un deuxième disque, Vapor City Archives. Continue reading

2016: DJ Shadow – The Mountain Will Fall

Disque électro basse de l’année 2016 selon moi, avec une version vinyle carrément à acheter! Passez au prochain article, il est dorénavant dans vos achats.

DJ Shadow - The Mountain Will FallAlbum: The Mountain Will Fall
Artiste: DJ Shadow

En test: 2016 Vinyle

Étiquette: Mass Appeal / Liquid Amber
MSAP0034LP

Acheter le disque vinyle chez Fréquences

Acheter le CD chez Fréquences

C’est le temps de tester vos caissons d’extrême-graves, DJ Shadow is in the house! Avec un album passant de l’ambiant au hiphop au breakbeat à l’expérimental, le tout arrosé d’une très bonne dose de basses, c’est un album qui n’est pas du tout ennuyant à écouter. Un album qui nous démarre avec la planante chanson The Mountain Will Fall (dont le vidéoclip, tout droit tiré d’un univers 2001, est incroyable), pour continuer avec la chanson hip hop Nobody Speak, et ainsi de suite. Chaque chanson individuellement est intéressante à écouter; le tout est représentatif de l’univers de DJ Shadow: une recherche et une variété à couper le souffle, un souci du détail impeccable. Ce n’est pas pour rien qu’il est réputé avoir une collection de plus de 60.000 albums chez lui! (Chanceux!) Continue reading

Réimpression 2017: The Chemical Brothers – Dig Your Own Hole

Une réimpression du disque de 1997. Rien d’enlevé, rien d’ajouté. Juste du gros gros rythme.

The Chemical Brothers - Dig Your Own HoleAlbum: Dig Your Own Hole
Artiste: The Chemical Brothers

V.O.: 1997 Astralwerks (Am.-N.)

En test: 2017 Vinyle double (Am.-N.) en réimpression

Étiquette: Freestyle Dust, Astralwerks
4384295011

Acheter le vinyle double chez Fréquences

Acheter le CD chez Fréquences

C’est difficile de passer à côté d’un album ayant marqué une génération. En même temps que The Prodigy sortaient leur deuxième disque The Fat of the Land avec des pièces musicales chantées et plus trash et hard, The Chemical Brothers, leurs compatriotes de big beat, sortaient eux aussi leur deuxième album tout aussi incroyable avec Dig Your Own Hole.

Continue reading