2016: DJ Shadow – The Mountain Will Fall

Disque électro basse de l’année 2016 selon moi, avec une version vinyle carrément à acheter! Passez au prochain article, il est dorénavant dans vos achats.

DJ Shadow - The Mountain Will FallAlbum: The Mountain Will Fall
Artiste: DJ Shadow

En test: 2016 Vinyle

Étiquette: Mass Appeal / Liquid Amber
MSAP0034LP

Acheter le disque vinyle chez Fréquences

Acheter le CD chez Fréquences

C’est le temps de tester vos caissons d’extrême-graves, DJ Shadow is in the house! Avec un album passant de l’ambiant au hiphop au breakbeat à l’expérimental, le tout arrosé d’une très bonne dose de basses, c’est un album qui n’est pas du tout ennuyant à écouter. Un album qui nous démarre avec la planante chanson The Mountain Will Fall (dont le vidéoclip, tout droit tiré d’un univers 2001, est incroyable), pour continuer avec la chanson hip hop Nobody Speak, et ainsi de suite. Chaque chanson individuellement est intéressante à écouter; le tout est représentatif de l’univers de DJ Shadow: une recherche et une variété à couper le souffle, un souci du détail impeccable. Ce n’est pas pour rien qu’il est réputé avoir une collection de plus de 60.000 albums chez lui! (Chanceux!)

L’album est devenu un de mes tests pour la basse sur les systèmes que j’écoute. J’en ai plusieurs: le premier album éponyme d’Emika pour sa quantité faramineuse de basse et les sweeps d’extrêmes graves, le DJ Kicks de Kemistry & Storm pour leur breakbeat déjanté, la trame sonore de WipEout 2097 pour son big bass ’90, quelques albums de batterie pour les transitoires graves et quelques albums sur Deutsche de piano – il faut y avoir de la basse, mais elle ne doit pas jouer dans les caissons! Elle doit être présente mais pas ressentie! Bonne chance! – The Mountain Will Fall tombe dans une autre catégorie, celle d’une belle quantité de basse, kick électronique, kick naturel, fréquences pures suivant parfaitement la musique, une variété d’environnements, des mondes dans lesquels on se plonge et une spatialisation précise.

La version CD versus la version vinyle, ça a l’air de quoi? Il fallait s’y attendre de la part d’un passionné de vinyles, il a produit un superbe album en vinyle. Disque double, pochette en encart, stencil pour faire du spray-paint (!), collants… mais surtout, un album qui respire, qui a un bruit de fond inexistant, qui peut aisément être utilisé par des DJ, de la basse à profusion mais très contrôlée.

Un défaut, son volume descend d’ailleurs dans les 50Hz et moins. Selon ce que j’ai vu avec une loupe, ça semble être sur la gravure, mais elle disparaît presque totalement deux fois. Ça reste embêtant sur disque vinyle, il y a un filtre passe-haut de 20Hz pour enlever le rumble, soit la fréquence naturelle de vibration du bras de l’aiguille, qui se situe aux alentours de 12-15Hz si votre table est bien ajustée… on s’entendra que les systèmes ne jouent habituellement pas les fréquences en bas de 40Hz de toute façon alors ce n’est habituellement pas une grosse perte. Mais ils ont tenté de rendre le tout le plus organique possible, et y sont arrivés. D’ailleurs, si vous croyez en avoir plus directement sur la version numérique, sur le CD, la basse est beaucoup moins présente afin de conserver le volume à la norme avec l’industrie.

Le dernier petit défaut que j’ai à y donner est que le compresseur y est légèrement présent (un peu moins que sur le CD, différemment, mais quand même présent), totalement inutilement à mon avis. Ça ne nuit pas vraiment trop à l’atmosphère ceci dit. En écoute haut volume, ça paraît hélas, et c’est louche à écouter. On préférera certainement les quelques vinyles pour DJ tirées à éditions très limités, avec 3-6 minutes par face et quelques remix, mais là, c’est vraiment chipoter.

Quel album!

On achète si on aime Aphex Twin, Amon Tobin, Bonobo, Massive Attack, Coldcut, Cinematic Orchestra, Boards Of Canada, Jamie XX.

Laisser un commentaire