2012: Kid Koala – 12 bit Blues; 2017: Music To Draw To: satellite

Blues en échantillonnage? You bet! Ambiance en turntablism: encore mieux!

Album : 12 bit Blues
Artiste : Kid Koala

En Test : 2012 Vinyle double en encart (sans les extras)

Étiquette : Ninja Tune
ZEN190

Acheter le disque vinyle double chez Fréquences

Acheter le CD chez Fréquences

Je me fais plaisir avec un programme double de turntablism avec un des meilleurs disques de scratch et d’échantillonnage soit l’avant-dernière offrande de Kid Koala : 12 bit Blues. Kid Koala est un génie de Vancouver, qui a habité à Montréal, reconnu à travers le monde pour la qualité de ses productions. Il a commencé à composer et à faire du scratch dans les années 90, a signé avec Ninja Tunes en 95, et depuis l’an 2000, il produit des disques toujours plus épatants les uns que les autres.

Mais cékwaça? C’est un disque de blues tout ce qu’il y a de plus traditionnel, lent, triste, mais aussi refait et réinventé à la sauce scratch. Chaque composante a été tirée d’un autre univers musical et intégré, en boucle ou retravaillé, à l’aide d’une table tournante ou d’un synthé, mais la sonorité n’est pas pure. Le travail du turntablist est de prendre une pièce musicale, d’en extraire l’essence et de nous le présenter d’une façon où nous pouvons comprendre ce qu’il recherche et ressent avec cet extrait. C’est tout ce travail de recherche, de découverte et de présentation qui nous est montré ici, sous sa plus simple expression.

Et en tant que turntablist, il faut s’entendre, la seule et unique façon d’écouter ce genre de disque, c’est en vinyle! Ce qu’il produit est fait pour être remixé et être utilisé, mais aussi c’est fait pour être écouté. Alors pour ce disque, chaque face possède 8-12 minutes de matériel, pleine qualité, de la basse à profusion, des fréquences pures, du très beau travail. C’est un disque fantastique à écouter! Il n’y a aucune comparaison entre le vinyle et la version numérique, le vinyle l’emporte haut la main et à plate couture. Le vinyle laisse haletant.

Album: Music To Draw To: Satellite
Artistes: Kid Koala feat. Emilíana Torrini

En Test: 2017 Vinyle double

Étiquette: Arts & Crafts
A&C 129

Acheter le vinyle double chez Fréquences

Acheter le CD chez Fréquences

Comme ils diraient chez les Monties, And now, for something completely different! Comme on l’a vu avec 12 bit blues, Kid Koala n’a pas que des platines de disques qui jouent. Il y a de la composition, de l’échantillonnage, de la création. Ce disque avec Emilíana Torrini est de la musique purement ambiante, des ambiances sonores encore une fois. Même la voix de Torrini est apaisante, n’est pas là pour déranger. Mélange de musique de relaxation et musique active où on se fait légèrement solliciter d’une façon contrôlée, l’album est parfait afin de le garder en sourdine lorsqu’on désire se concentrer sur une autre tâche, tel que le dessin. Mais c’est aussi une musique sur laquelle on peut laisser se porter et lâcher prise sur les paroles et ce qui nous est proposé en tant que contenu musical.

Pour le disque vinyle, il est un peu moins bon que le Ninja Tune. On remarque dès les quelques premières paroles dans Adrift que la voix de Torrini a tendance à écrêter numériquement dans les moments plus forts. Le disque est un peu plus bruyant malgré le fait que ce soit un disque double et que le volume aurait pu être au rendez-vous. Ça sent le master numérique envoyé à GZ directement avec mention de le graver sur un disque double. Reste que le disque est parfaitement beau à l’écoute, est doux, généreux, consensuel, comme il doit l’être pour ce genre de musique. Mais je vais plus opter pour la version numérique de ce disque, surtout qu’on doit changer de face régulièrement, ce qui brise l’envie de travailler. Oh … et dernier détail de crime de lèse-majesté: avoir tout l’espace du monde (12po) pour réaliser un superbe livret dans un encart et préférer mettre le livret du CD inséré sans déférence dans la pochette du vinyle.

On achète si on aime Cut Chemist (et Coldcut bien sûr), DJ Kentaro, Peanut Butter Wolf, Deltron 3030, Danger Mouse.

2013 & 2014: Machinedrum – Vapor City & Vapor City Archives

C’est le temps de sortir ses solos de machine à laver sur deux disques doubles ayant assez de basse pour nous faire voir quadruple… et tomber dans le piège de surprises stylistiques!

Album: Vapor City
Artiste: Machinedrum

En Test: 2013 Vinyle double

Étiquette: Ninja Tune
ZEN200

Acheter le disque vinyle double chez Fréquences

Acheter le CD chez Fréquences

Ce n’est pas juste un peu de petite basse minable ici. Travis Stewart (Machinedrum) a pondu un véritable bijou du Drum n’ Bass avec son album Vapor City. Ninja Tune, jamais en reste sur ses artistes lorsqu’il détient un filon, y a mis le paquet. Ce projet a valu à Machinedrum une tournée, des douzaines de versions simples de ses chansons et même un deuxième disque, Vapor City Archives. Continue reading

2017: Bonobo – Migration

Une fin de semaine de nouveautés ne peut mieux débuter qu’avec l’écoute du dernier Bonobo! Quelle façon de célébrer ma première critique d’un disque de 2017!

Bonobo - MigrationAlbum: Migration
Artiste: Bonobo

En Test: 2017 Vinyle (Deluxe)
Étiquette: Ninja Tune
ZEN236X

Acheter le disque vinyle double édition deluxe chez Fréquences

Acheter le disque vinyle double chez Fréquences

Acheter le CD chez Fréquences

Bonobo est de retour après près de quatre années d’absence. Le DJ londonien est de retour avec une autre belle expérience downtempo, avec quelques collaborations, quelques échantillonnages nous donnant de la matière à danser ou à écouter dans le noir. Comme d’habitude, Ninja Tune nous gate avec une belle version de luxe avec un livret, des impressions 12″ et un petit livret accompagnateur. On se rappellera que son album précédent (The North Borders) a eu droit à une version en six disques 10″.

Continue reading