Réédition 1976/2018: 福居良トリオ (Fukui Ryo Trio) – ジーナリィ (Scenery)

La coqueluche jazz modal-bop YouTube sur une nouvelle étiquette vinyle!

Album : Scenery ジーナリィ
Artiste : Fukui Ryo Trio 福居良トリオ

V.O. : 1976; vinyle; Japon; Trio Records; PA-7148

En Test : 2018; vinyle 180g

Étiquette : We Release Jazz; WRJ001LTD

Acheter le disque vinyle chez Fréquences

La musique d’inspiration internationale est un cas spécial au Japon. Depuis la fin du 19e siècle est arrivée l’influence du reste de la planète côté arts. On peut le voir en musique avec l’arrivée progressive du classique, de l’écriture musicale occidentale, et plus tard du jazz dans les années 1930. Avec la Seconde Guerre mondiale, beaucoup de ces influences de l’Ouest sont devenues illégales, étant la musique de l’Ennemi. Après la guerre, le Japon conserva un certain protectionnisme sain, mais continua de s’ouvrir sur le monde. Beaucoup des pièces musicales dans des styles plus occidentaux se doivent de conserver un certain style japonais. Par exemple, le grand Takeshi « Terry » Terauchi, un des meilleurs guitaristes de style rockabilly surf, emprunte un style de jeu au Koto et lorsque ses chansons, jugées trop occidentales, ne pouvaient plus être enseignées à l’école, il reprit dans son style rock des grandes chansons classiques japonaises.

Il y a eu donc un très grand engouement pour la musique jazz, mais cette dernière n’a jamais été mise à l’avant. Arriva Ryo Fukui (1948-2016) qui aimait ce genre de musique, mais n’avait rien d’un musicien. Autodidacte, il décida d’apprendre à jouer le piano par lui-même, et avec sa passion, devint un des meilleurs pianistes jazz d’improvisation en direct. Ses quelques albums en disent bien peu sur son illustre carrière, assez grande pour qu’il puisse s’ouvrir son propre club jazz, le Slowboat dans sa ville de Sapporo natale. Sa qualité de musicien est telle, tout en restant totalement cachée à la face du monde, qu’un simple vidéo de son premier album apparut sur YouTube en 2015, et depuis, cette copie numérique est rendue à plus de 6 millions d’écoutes au moment de la publication de ce billet.

Avec une telle folie, l’étiquette suisse WRWTFWW (We Release Whatever The Fuck We Want – le meilleur nom d’étiquette!) se dit qu’il était temps de diversifier ses activités et démarra une branche, WRJ (We Release Jazz), dont les deux premières offrandes sont les deux premiers disques de Fukui Ryo. Et quelle version! Autant je vous avais précédemment parlé de rock japonais qui n’avait pas une qualité exemplaire de bande maîtresse, autant celle-ci est tout simplement exceptionnelle! Récupérée des bandes à demi-vitesse, WRJ a mis tous les efforts nécessaires afin d’obtenir la version ultime de ses albums. Le disque pour Scenery est tout simplement parfait! Une superbe qualité sonore, un parfait écrin qui sied un tel bijou de disque.

Si vous aimez le jazz cool, modal et bop, sautez sur les quelques copies restantes de ce disque, vous n’allez pas le regretter!

1976: Carol Douglas – Midnight Love Affair

Succès disco-funk 1976 à redécouvrir

Album : Midnight Love Affair
Artiste: Carol Douglas

En Test : 1976 Vinyle (Canada)

Étiquette : Midland International
BKL1-1798

Le milieu des années 70 était l’ère des chansons à grand déploiement. On peut penser aux Love To Love You Baby; Try Me, I Know We Can Make It; MacArthur Park, aux Star Wars Theme and Other Galactic Funk; Disco Inferno; Don’t Let Me Be Misunderstood, etc. En fait, à défaut d’avoir des outils pour DJ disponibles et des versions vinyles pour DJ avec sections permettant de faire des mixes, et tous ces autres outils, c’était la mode de faire des versions partiellement mixées et des longues chansons. Et quelle suite à son premier (et plus grand) succès Doctor’s Orders! Midnight Love Affair a fait les choux gras des discothèques malgré le fait que Mme Douglas est restée dans un anonymat relatif. Il ne faut d’ailleurs pas la confondre avec monsieur Kung-Fu Fighting, Carl Douglas. Qui sait, peut-être que leurs noms similaires leur a donné une petite gloire similaire. D’ailleurs, même si elle n’est pas si connue que ça, elle l’était assez pour qu’on voie son nom en lettres de feu sur la marquise de la piste de danse dans le film Saturday Night Fever.

Dans les styles disco nord-américains, la chanson Midnight Love Affair est un très bon succès à avoir, toute la patine et le côté boule disco sont omniprésents. Pour me lancer dans la synesthésie, j’aime quand la musique disco semble briller, offre des fondus flous, avec des sourires au visage. Le reste de la face A s’écoute bien, d’ailleurs. Et la face B, eh bien, c’est de la face B. Ce n’est pas excellent, mais ça s’écoute bien aussi.

Et côté qualité de gravure, c’est certain que pour un disque de plus de 40 ans, il ne faut jamais s’attendre à des miracles, surtout pour des copies à quelques dollars. Mais l’enregistrement n’a rien à pâlir des autres grands de la musique disco. On reconnaît d’ailleurs sur ce disque les fondus coupés réalisés sur une bande magnétique : la chanson Midnight Love Affair est prévue en 45 tours, une partie chanson principale et une partie étendue pour la face B. Alors pour passer du premier 4 minutes aux deux dernières minutes de la chanson, on entend très bien la session musicale changer pour les extras. On retrouve aussi ce genre de coupure à quelques reprises sur le disque. On est très loin du Protools des années 2000! Et pour revenir à l’enregistrement, mon disque est parfait, peu ou pas de bruit de fond, aucune usure prématurée. C’est pour ça qu’il faut acheter des vieux disques parfois!

Réédition XL: Harmonium – L’Heptade XL

L’anniversaire d’un des meilleurs albums prog rock est célébré en grand!

Harmonium - L'heptade XL Coffret

Album: L’Heptade ⅩⅬ
Artiste: Harmonium
V.O.: 1976 Vinyle

En test: Édition 40e anniversaire CD, DVD, Vinyle
Étiquette: Sony Music
88985362772 (2016)

Aussi en test: V.O.
CBS, PGF 90348 (1976)

 

Acheter le vinyle double (noir 180g) chez Fréquences.
Acheter le CD double chez Fréquences.
Acheter le CD double + DVD du spectacle chez Fréquences.

Un article un peu plus long, digne de ce monstre de la musique québécoise des années ’70. Ceux qui aiment dénigrer la musique d’ici, faites vos recherches! Il s’agit d’un des meilleurs disques canadiens, faisant partie de la majeure partie des tops, et malgré la langue française, a eu un following [sic] assez soutenu aux États-Unis et internationalement.

Commençons par le commencement… le disque original de 1976 se trouve encore occasionnellement. Est-il bon?

Continue reading