Réédition XL: Harmonium – L’Heptade XL

L’anniversaire d’un des meilleurs albums prog rock est célébré en grand!

Harmonium - L'heptade XL Coffret

Album: L’Heptade ⅩⅬ
Artiste: Harmonium
V.O.: 1976 Vinyle

En test: Édition 40e anniversaire CD, DVD, Vinyle
Étiquette: Sony Music
88985362772 (2016)

Aussi en test: V.O.
CBS, PGF 90348 (1976)

 

Acheter le vinyle double (noir 180g) chez Fréquences.
Acheter le CD double chez Fréquences.
Acheter le CD double + DVD du spectacle chez Fréquences.

Un article un peu plus long, digne de ce monstre de la musique québécoise des années ’70. Ceux qui aiment dénigrer la musique d’ici, faites vos recherches! Il s’agit d’un des meilleurs disques canadiens, faisant partie de la majeure partie des tops, et malgré la langue française, a eu un following [sic] assez soutenu aux États-Unis et internationalement.

Commençons par le commencement… le disque original de 1976 se trouve encore occasionnellement. Est-il bon?

Harmonium - L'heptade VO

Côté qualité le disque d’origine est très bon. CBS a fait de très bons mixage et matriçage (Harmonium étant en tournée après l’enregistrement du disque double – la tâche a donc été déléguée à messieurs Perrot et Lachance, proches d’Harmonium. Ils ont su donner une touche authentique au disque malgré tout). Le son, années 70, est riche et de qualité. L’enregistrement est dynamique et avec un naturel désarmant.

Certains petits détails manquent de finesse, par exemple lors de la prononciation des «S» lors des fins de faces (un disque vinyle perd tout le son lorsqu’il y a de la sibilance produit par les S marqués ou les cymbales omniprésentes. Les techniciens ont recours à un «de-esser» permettant de réduire la force de ces derniers); certains problèmes occasionnels de phase; la plage stéréophonique étendue; certains moments avec beaucoup de basse uniquement. Dans tous ces cas, on a une augmentation du popcorn et une baisse de la qualité auditive.

Mais c’est totalement mineur. L’album d’origine coule de nature: tout est à sa place, les basses sont très présentes, les aigus sont beaux, la voix, parfois un peu effacée, est efficace. Il y a quand même beaucoup de matériel par face, il y a donc un petit peu de bruit de fond et on perd un peu d’information bas volume. Mais quelle chaleur, c’est enveloppant et surprenant. Ce n’est pas pour rien que les gens ont adoré ce disque! Quelle bête!

Encore pire! Pourquoi refaire? Le vinyle d’origine est réellement bon, alors le XL vinyle a l’air de quoi, lui?

Harmonium - L'heptade Vinyle bleu

D’abord, l’objet lui-même est beau… beau est un euphémisme, ^#}^##*+}{{ que le disque édition limitée est su-per-be!!! Mais même si vous ne l’avez pas, c’est la musique qui prime. Et c’est vraiment bien réussi! Tous les problèmes sus-mentionnés ont étés réglés. La gravure est propre et méticuleuse. Le volume est identique à l’original mais on a beaucoup plus de présence. Le popcorn est quasi disparu et il n’y a presque plus de bruit de fond! Ce qu’on perd, très étrangement, est l’élément grave de la grosse caisse. Tout est plus propre, mais la batterie ne me transporte plus comme pour l’original! Autre chose qui est signe des temps, on remarque beaucoup plus la différence de qualité des sessions d’enregistrement. L’orchestre sonne presque vieilli quand certains autres passages sont exemplaires de qualité. Quelques passages qui se veulent surprenants sont dorénavant plus feutrés et parfois le compresseur se fait (légèrement) aller.

Là où le bat blesse, c’est que ça sonne un peu digital hélas. Je le remarque avec une certaine fatigue auditive lors de certains passages, comme si mon oreille se faisait agresser par des hautes fréquences étranges. On peut aussi le remarquer avec cette qualité aseptisée de son, comme si l’émotion n’était plus aussi présente. Le côté bon enfant est disparu.

Le disque est donc très bon, il s’écoute parfaitement bien, voire mieux que la majeure partie des vinyles d’origine de 1976 (ou pire, les repress) qu’on retrouve dans les magasins. Mais une vraie belle version d’origine 1976 qui n’a pas ou peu jouée va, à mon avis, laisser la nouvelle version dans son sillon.

Mais tout n’est pas sombre, la nouvelle version est aussi de facture plus moderne. Alors un nouvel auditoire peut s’intéresser beaucoup plus à cette œuvre avec une sonorité retravaillée au goût de 2016 qu’une vieille version poussiéreuse de 1976. Et c’est la raison d’être de l’exercice: un travail sur l’enregistrement lui-même. Ayant dorénavant les moyens et le temps, Serge Fiori et Louis Valois ont pu peaufiner l’objet jusqu’à atteindre le résultat qu’ils avaient escomptés à l’origine (d’où le XL – ce n’est pas la même Heptade que dans les années 70. D’ailleurs, on remarquera qu’il est écrit XL en chiffres romains. Ce n’est pas que pour la version excellente, ou extra large… mais bien pour le 40e anniversaire). Et on connaît assez la bibitte qu’est Fiori pour savoir que l’argent et la gloire, il s’en fout. S’il l’a fait, c’est qu’il le jugeait nécessaire. Ils ont profité de la restauration et digitalisation des bandes sources retrouvées dans un tiroir par Sony pour réaliser la dernière étape laissée à d’autres sur leur disque de 1976. C’est là où ils ont pris le temps, avec 40 ans de recul, de s’assurer que leur message soit compris.

Bon, c’est concluant, mais pas tant que ça! Et les CD eux?

Harmonium - L'heptade CD

On va retrouver à l’origine la même coupure de basse pour la grosse caisse, les mêmes divergences de sessions, le même travail. Les deux CD et les deux vinyles ont une facture résolument similaire.

Par contre, c’est avec ces changements, si subtils soient-ils, si révisionnistes qu’ils puissent être, où la version CD brille de tous ses feux. C’est là où j’ai pleuré en écoutant les disques, c’est là que j’ai été impressionné du travail de fond de Valois et de Fiori, C’est là que nous, auditeurs, comprenons.

Wow.

Et le reste du kit deluxe et 40e édition limitée?

Harmonium - L'heptade XL DVD

Il y a entre autres le bootleg vidéo d’un des spectacles qu’on a la chance d’avoir. Le tout a été retravaillé avec un son de meilleure qualité et des extraits d’images de synthèse moderne pour le côté orchestral. Mini-critique: côté audio, c’est ordinaire. Côté document d’archives et joie d’écoute, c’est super! Si vous aimeriez les voir jouer cette œuvre, c’est votre chance! (Sinon, il y a aussi les spectacles à couper le souffle de Premier Ciel – petite pub copinage)

Et il y a aussi dans l’édition limitée le sublime livre. Il se passe de mots!

En d’autres mots, l’original en vinyle est le disque avec lequel on est tombé en amour et il y a d’excellentes raisons de chérir cette version. Le XL en CD est la nouvelle référence. Le XL en vinyle redonne l’expérience d’origine et la joie d’une superbe reproduction mais provenant d’une source dorénavant digitale. Le coffret est toutefois un incontournable avec DVD et livre incroyables, on souhaite une réédition du bel objet. À acheter en édition limitée si vous la trouvez. À acheter en CD ou vinyle si vous désirez l’avoir. À acheter en édition vinyle originale (parfaite seulement) si vous recherchez la chaleur de l’original. Laissez toutefois tomber la vieille édition CD datant de 1990.

Laisser un commentaire