2017: Avec Le Soleil Sortant De Sa Bouche – Pas Pire Pop [I ❤️ You So Much]

Deuxième opus du groupe avec le nom le plus éclectique de Montréal. Après leur superbe Zubberdust!, on a droit à une suite logique de qualité!

Avec Le Soleil Sortant De Sa Bouche - Pas Pire Pop [I ❤️ You So Much]Album: Pas Pire Pop [I Love You So Much]
Artiste: Avec Le Soleil Sortant De Sa Bouche

En test: 2017 Vinyle

Étiquette: Constellation
CST121-1

Acheter le disque vinyle chez Fréquences

Acheter le CD chez Fréquences

Si vous ne connaissez pas Avec Le Soleil…, le groupe fait partie de la collection d’artistes post-rock de l’étiquette Constellation. Le post-rock, c’est du rock, mais louche, genre avec synthés, autres instruments et une sonorité qui ne ressemble pas à ce qu’on peut appeler du «rock». Dans le cas de Avec Le Soleil…, ils utilisent surtout des instruments rock, ils ont un son définitivement rock, mais ils produisent des chansons-mantra plus près du techno voire du disco, dans lequel une proposition musicale est émise ad nauseam, avec variantes, folies et quelques moments exutoires de guitare distorsion.

Ils nous ont habitué à ce style avec Zubberdust! (que je vous recommande particulièrement, mais qui est plus près d’un EP que d’un album), et ceci est leur deuxième disque, cette fois-ci de pleine durée. On a le temps de vraiment sortir sur la piste de danse avec ce dernier. Et oh my god qu’on a le goût de danser! Ça donne le goût de se déhancher sur du gros rock voire du métal.

Avec Constellation, la barre est haute pour la qualité. Surtout pour les vinyles! Ils sont de mèche avec Hotel2Tango, un studio d’enregistrement 100% analogique; leur écurie a des groupes tel que Godspeed You Black Emperor!, qui sont réputés produire des albums de qualité; ils ne sortent pas beaucoup de disques, mais des disques habituellement de qualité. Alors …

Alors je me dois d’être chien avec le disque. Je dirais que l’album a une superbe sonorité, c’est vraiment bon à écouter. Beaucoup de subtilités sur l’enregistrement. La gravure est réussie. C’est naturel, les instruments sont fantastiques. Mais le disque est plat au niveau volume. Ça sent la limite numérique à plein nez. C’est particulièrement flagrant dans (Je prends ma respiration – oui c’est le nom de la chanson) Alizé et Margaret D. Midi moins le quart. Sur la plage, un palmier ensanglanté, où on a des moments voulus jouissifs avec des coups de cymbales, et on sent que la chanson est voulue avec une progression sonore mais le tout reste au même niveau du début à la fin, devenant simplement plus compressé à mesure que les instruments jouent plus fort. On a donc une augmentation perceptuelle du volume sonore, mais le corps ne suit pas, ça donne l’impression que les musiciens jouent super fort, mais qu’ils se reculent. Je donne en deuxième exemple la chanson (oh come on! «Grand respire» encore) Tourner incessamment dans l’éclatement euphorique de soi – Road Painting Ahead qui couvre la deuxième face, avec à la moitié de la chanson un moment plus calme, suivi d’une explosion trash metal, suivi d’une partie synthé planante. Ces trois parties sont exactement au même volume. Comme le dirait mon ami: What The Actual F…

En d’autres mots, qui aime bien châtie bien. J’adore leur disque, je vais tellement l’écouter fréquemment, ça en est ridicule! Et le vinyle est de qualité impeccable. Mais je ne suis pas du tout d’accord avec la décision du groupe de rester à un volume standardisé tout le long de l’album. Ça aurait pu être un de mes albums favoris. Ça va seulement être un de mes très très très bons albums.

On achète si on aime Godspeed You Black Emperor!, Mogwai, Mono, Thee Silver Mount Zion, Sonic Youth.

Laisser un commentaire