Les plus mieux de 2012 en rafale: 5e et dernière partie!

Robert Glasper Experiment- Black Radio et Black Radio Recovered The Remix EP

Le meilleur pour la fin? Presque. La résurrection de Guru et de son Jazzmatazz? Presque. Glasper qui est à la base un pianiste de jazz, utilise son talent d’arrangeur, de compositeur et surtout son talent de rassembleur afin de créer un hybride hip hop et soul comme on n’en a pas entendu depuis des lustres. Une sorte de Madlib moins psychédélique qui ramène le son du «Golden Age» sur des beats / grooves imparables et des invités de marque (Bilal, Mos Def, Erykah Badu, Shafiq Husayn, King, etc.). Kendrick Lamar est très fort, mais Robert Glasper l’a aisément déclassé selon nous. Avec en prime d’hallucinantes reprises de Bowie («Letter To Hermione») et Nirvana («Smells Like Teen Spirit»)!

Lire la suite

Les plus mieux de 2012 en rafale: 4e partie!

2013 déjà… Voici en version abrégée, mais efficace les plus mieux de 2012 qui n’ont pas encore vu le jour et qui poussent pour devenir des «stars» du blogue.

Hilary Hahn & Hauschka – Silfra

Max Richter a fait paraître sa version des 4 Saisons de Vivaldi avec un certain panache, mais c’est plutôt cette collaboration inattendue entre Hauschka, cette figure importante de l’électro-acoustique des 10 dernières années et Hilary Hahn, cette violiniste archi-talentueuse et star internationale du circuit de la musique classique, qui s’est franchement démarquée au niveau du classique contemporain. Bien sûr, il y en a eu plusieurs autres très bons, plus pointus et hermétiques que nous vous épargnerons, mais «Silfra» ressort du lot avec ses improvisations touchantes et captivantes.

Lire la suite

Les plus mieux de 2012 en rafale: 3e partie!

2013 déjà… Voici en version abrégée, mais efficace les plus mieux de 2012 qui n’ont pas encore vu le jour et qui poussent pour devenir des «stars» du blogue.

Andy Stott – Luxury Problems

De l’électro caverneuse, hantée, avec l’ajout d’une soprano pour les besoins de la cause. Un des disques électronique les plus intéressants de 2012. À savourer à l’aide d’écouteurs de qualité ou par le biais d’une chaîne stéréo qui se respecte, car ça sonne en crisse! Bien sûr, le «R.I.P.» de Actress fût un autre point fort, mais Andy Stott n’a eu que le très productif Lindstrom en compétition officielle dans la catégorie électro machine!

Lire la suite

Les plus mieux de 2012 en rafale: 2e partie!

Bob Chance – It’s Broken

Voici l’anomalie des plus mieux de 2012! Disons que Bob Chance, le chanteur et sex-symbol à la voix country a voulu se faire un album disco en 1980. Ce sont les mélanges d’éléments hétéroclites qui donnent du sens à cet album et il nous a fait danser jaune plusieurs fois au cours de l’année.

Lire la suite

Les plus mieux de 2012 en rafale: 1ère partie!

2013 déjà… Voici en version abrégée, mais efficace les plus mieux de 2012 qui n’ont pas encore vu le jour et qui poussent pour devenir des «stars» du blogue.

Black Breath – Sentenced To Life

Du métal, du vrai. Des vrais poils qui ramènent le métal aux bases. Difficile à croire, ils le font aussi évoluer… un ti-peu. On entends du bon vieux Entombed, Cathedral, Motörhead et du petit hardcore. Sans contredit, le disque de char et de violence de 2012.

Lire la suite

Les plus mieux de 2012: Bill Fay

Le cas classique du musicien perdu, oublié qui refait surface avec un petit bijou. Il y en a 1 ou 3 par année et en 2012 c’était au tour de Bill Fay et non de Paul Daraîche. Tout sauf un engouement alimenté par la nostalgie, qui elle vend si bien de nos jours, Life Is People est la suite logique de ses trois autres albums parus il y a 40 ans déjà! Encensé par Jeff Tweedy de Wilco, ce qui est toujours bon signe, monsieur Fay fait partie de ces grands auteurs-compositeurs-interprètes des années 70, dans le moule de Nick Drake, Bob Dylan, Lee Hazelwood, Harry Nilsson et j’en passe. Un talent de mélodiste indéniable jumelé à des textes de qualité et un album épuré aux sonorités très réconfortantes. Lire la suite

Les plus mieux de 2012: LFO

Le premier album du duo au nom synthétique LFO a enfin été réédité en 2012. Le groupe va droit au but, de la grosse acid house froide utilisant les innovations du début des années 1990 pour la musique électronique. Frequencies, originalement paru en 1991, continue la vague de rééditions de classiques des pionniers du genre, comme l’année dernière avec Selected Ambient Works 85-92 d’Aphex Twin ou Innovator de Derrick May et cette année avec le premier album de Lego Feet et Biokinetics de Porter Ricks. L’équipe spatiale de LFO a sa propre touche, caractérisée par des bass drums répétitifs qui cognent, des mélodies de rayons laser à la Man Machine de Kraftwerk et quelques claviers ambiants semblables à ce que faisait Richard D. James. Ainsi, ils font partie des standards établis dans l’univers des planchers de danse planants et leur son devrait être exploré davantage par les groupes d’aujourd’hui. Lire la suite

Les plus mieux de 2012: Yann Perreau

Parmi le déluge d’albums médiocres de duos factices qui inondent la belle province depuis quelques années, voici enfin des collaborations artistiques sincères et imprégnées d’une grande sensibilité. À Genoux Dans Le Désir respire la chaleur humaine et la passion. Son enveloppe sonore se traduit par un mariage de pop viscérale très groovy habilement accompagnée de séquences et de quelques arrangements pour relever la sauce. Bref, très efficace. Contrairement à beaucoup d’albums québécois récemment parus, on ne sombre pas dans la morosité ni le dépressif. Le tout, sans oublier la touche personnelle de chacune des collaboratrices gravitant autour de la planète Perreau-Péloquin, dont entre autres: Marie-Pier Arthur, Ariane Moffatt et Salomé Leclerc. Dans toute sa désinvolture, Perreau s’abandonne sans pudeur en flirtant intimement avec les mots d’un Péloquin à la plume affûtée et toujours actuelle. Souhaitons que ce petit bijou soit mis en lumière lors du prochain gala de l’ADISQ.

Les plus mieux de 2012: Brian Eno

Méditatif et zen, Lux est le dernier le volet d’une trilogie qui fait suite à Discreet Music (1975) et à Neroli (1993), que Brian Eno qualifie de « Music for Thinking ». Il nous offre une pièce de 75 minutes séparée en quatre volets distincts, mais s’imbriquants avec une aisance toute naturelle les uns dans les autres. De singulières notes de piano, de violon et de guitare résonnent et bouclent avec une lenteur soigneusement hypnotisante donnant l’impression de s’enfoncer à l’infini dans le vide ou dans une «crack» de votre divan favori. Le vétéran compositeur, autant dans la musique pop qu’électronique, a encore réussi à repousser les limites avec cet opus et il fait sentir son influence magistrale au sein d’un univers musical où encore une fois, personne n’approche son génie. Lire la suite

Les plus mieux de 2012: Six Organs Of Admittance

Six cordes, cibole!! Et oui, une autre pierre précieuse des plus mieux de 2012 qui était très attendue chez Fréquences. Ascent, le petit dernier de Six Organs Of Admittance, c’est le disque rock de l’année à faire  pâlir les costards de Don Cherry!? Ben Chasny (leader de l’Admittance, guitariste redoutable et ex-Comets On Fire) nous avait habitué à son typique folk psychédélique teinté de raga indien et d’une délicate touche électrique. Mais cette fois-ci, gare à vos fesses! Ascent est une véritable tempête électrique. Au yâbe le folk, excepté pour la douce «Your Ghost». Un drum, une bass (les 2 amis de Comets On Fire) pis des solos à faire exploser tes testicules. Pas de la masturbation de manche comme Youbi Mystreem là… Des envolées avec la pédale de fuzz dans le prélart pis des chansons de six minutes. Soulignons que Six Organs s’est fortement inspiré de guitaristes comme Robbie Basho et John Fahey. Ceci étant dit, le côté aérien est encore présent, mais pour les fans qui s’attendaient à un album méditatif, ce sera pour une prochaine fois. Crinque ça mon chum !!!!!!!!!! Lire la suite