2018: Oh Sees – Smote Reverser

Les obsessifs compulsifs de retour en gothique!

Album : Smote Reverser
Artiste : Oh Sees

En Test : 2018; Vinyle double jaune transparent; 45 tours

Étiquette : Castle Face; CF-110

Acheter le disque vinyle chez Fréquences

Acheter le CD chez Fréquences

Je dois bien l’avouer, je suis un fan des Oh Sees. Même si ça fait un petit bout, je ne peux dire que je suis admirateur depuis leurs débuts, en fait, ça fait plus de 20 ans qu’ils roulent leur bosse sous diverses formes. À leurs débuts en tant que Orinoka Crash Suite, projet solo de John Dwyer, on est plus dans l’expérimental, avec des albums sans titre de pièces musicales, au début acoustiques, et ensuite en bruit pur. Tiens, en aparté, non, Oh Sees, ça ne veut pas nécessairement dire les obsessifs, en fait, ils ont utilisé plusieurs pseudonymes, dont Orange County Sound (leur résidence en Californie), mais qui sont-ils pour nous dire quoi penser, je crois qu’eux-mêmes apprécient le jeu de mots, et ils apprécient surtout de changer de nom chaque seconde. Parfois Thee Oh Sees, parfois OCS, parfois un titre, parfois l’autre.

Plus tard dans leur évolution, le côté rock garage se fait assumer dans son entièreté. S’y ajoute une facette punk plus prononcée, mais toujours garage, suivi d’une vague Krautrock. C’est d’ailleurs là que je les ai découverts il y a une dizaine d’années avec leur EP Warm Slime. Tenez, faisons-nous plaisir.

Ils sont fous et assumés fous! Dans mes années photographie, j’avais même eu la chance d’aller les voir en spectacle. Vous donner une idée de l’énergie de leurs spectacles :Michel Donais photographe: 2011-10-20 Thee Oh Sees &emdash;

Bref, ce n’est pas un groupe commun. Ils font dans le garage, punk, psychédéliques, dans le très heavy, mais aussi dans le grandiose. Et ce dernier disque est dans la grosse déchire assumée : c’est une poussée garage hard rock aux accents début 1970. Smote Reverser, c’est aussi un de leurs meilleurs disques selon les critiques. D’ailleurs, leur discographie est réellement imposante, ils produisent plus d’un long jeu chaque année, et il n’y a pas réellement de mauvais disque dans leur production, c’est du Oh Sees, ils travaillent d’arrache-pied et ça paraît. S’asseoir sur leurs lauriers, ce n’est pas eux!

Et ce disque est aussi un disque de qualité. Je ne suis pas un si grand admirateur des 45 tours quand il y a plus de dix minutes sur une face. Je pense au chef-d’œuvre Synthetica de Metric qui a été produit en 45 tours, et, oui, on y retrouve une sonorité propice au rock et à la déchire, mais ça oblige une compression qui n’est peut-être pas la bienvenue. Ça donne une certaine sonorité, où il manque des hautes fréquences, mais où elles sont tout de même présentes, où la musique est plus aérienne et légère à cause de la vitesse de rotation, mais plus compressée et compacte à cause du manque d’espace pour les sillons. Bref : je ne suis pas convaincu que c’est mieux qu’un bon 33 tours avec tout l’espace pour déplier ses ailes. Mais c’est un style, et je ne déteste pas. Le disque a toute une sonorité d’ailleurs. C’est à recommander autant pour l’objet qui est superbe, la quantité d’extras dans la pochette, mais aussi pour la reproduction qui est excellente.

Laisser un commentaire