2016: Automatisme – Momentform Accumulations

Le premier disque de Automatisme chez Constellation, 6 mois de sortie, ça se fête!

Album: Momentform Accumulations
Artiste: Automatisme

En test: 2016 Vinyle

Étiquette: Constellation
CST118

Acheter le disque vinyle chez Fréquences

Acheter le CD chez Fréquences

Automatisme est un projet de musique glitch qui prend tranquillement son envol. L’idée de base est de fournir des chansons-mondes à l’aide de captations, de matériel original, de processus de création d’abord cérébral, ensuite rodé en live dans des spectacles qui au début nous faisaient planer dans notre tête, dorénavant qui nous font danser. Les premières compositions des premiers volumes étaient beaucoup plus expérimentales de nature et avaient un focus vers la découverte de l’univers musical, se raccrochant beaucoup plus sur des styles connus et des albums phares de la musique électronique.

Ce premier album sur une étiquette établie est un tournant pour Automatisme. Non content de sortir les quelques pièces spéciales de son arsenal musical, l’album a été pensé du début à la fin pour une piste de danse, les chansons sont majoritairement en 4:4. Certaines chansons (comme Transport 1) ont un rythme soutenu allant être apprécié par les DJ, certaines autres (comme Transport 2) sont plus expérimentales de nature et vont être appréciées comme pièces de layering et apporter la touche de IDM nécessaire à une soirée folle à la SAT par exemple. La face B va être appréciée des fans de krautrock et de glitch et d’electro-drone plus traditionnels. Et justement on aurait aimé un 10 minutes de Transport 1, on dirait que la chanson est tronquée et n’a pas finie de s’exprimer. Un jour, Automatisme n’aura pas peur de s’exprimer, ne s’excusera pas de faire un punch, ne fera plus de fade out; à ce moment, on aura droit à un nouveau grand de la musique électronique.

Côté sonorité, on en pense quoi? C’est un disque qui a été très très bien rendu de la part de Constellation. Pour un premier vinyle avec Automatisme, c’est une mention honorable. Disque 180g, impression sans popcorn ou bruit de fond, une belle force sonore tout le long du disque de la qualité du début à la fin, de la basse à profusion et des fréquences épurées (Sauf sur Simultanéité 4 qui est légèrement grise dans son traitement). Je vais y reprocher une certaine compression sur certaines pièces qui changent le volume des instruments lors des moments forts ou des transitions, un certain côté boueux aux transitoires et un manque de hautes fréquences (légèrement sourd). Il y a des chansons comme Simultanéité 1 qui nous donnent un environnement glitch réellement superbe mais qui manque le punch des glitch, ainsi que la pause minimale entre les chansons qui ne nous laissent pas le temps de sortir de l’univers de la chanson qu’on est bombardé de la suivante. Somme toute, c’est un superbe premier disque, de type compilation, qui donne un aperçu de ce qu’on va avoir dans les prochaines années. À suivre!

On achète si on aime Aphex Twin, Autechre, Tim Hecker, Fennesz, Barry Truax, Luc Ferrari, Ken Ishii, Rei Harakami.

[NDLA: Pub copinage. Will de Automatisme travaille chez Fréquences – et j’avais déjà fait la critique de son album à sa sortie il y a 6 mois sur ma page Facebook. Malgré tout, j’avais en plan de le refaire ici un jour. Pour fins de comparatifs, je me suis permis de ne pas relire ma critique d’origine. Aussi, soyez assurés de mon objectivité, je ne rendrais pas un service à quiconque que de tenter d’être gentil (ou non) avec un disque de mes amis]

Laisser un commentaire