Compilation 2013: Music For Dancefloors: The KPM Music Library

Ok, je l’avoue, je me fais plaisir en faisant une «critique» de cet album! C’est probablement un de mes disques préférés.

Album: Music For Dancefloors: The KPM Music Library

Compilation

En Test: 2013 Vinyle double

Étiquette: Strut Records
STRUT106LP

Acheter le vinyle double chez Fréquences

Ceci est de la musique préenregistrée [library music]. Supposons que vous avez besoin d’une pièce de musique pour votre film, la scène où les protagonistes se réveillent heureux de la vie, vous allez piger dans cette librairie de musique la chanson Morning 1, vous payez les droits et off you go! La meilleure description qu’on peut en faire, c’est que c’est l’enfant riche de la musique de fond [Muzak]. Ça veut dire qu’on a droit à des titres fort descriptifs comme Assault Course, Swamp Fever, Incidental Backcloth No. 3, composés par des musiciens de studio, enregistrés avec des musiciens de studio. C’est une capsule musicale et télévisuelle de fin 60 au début 80.

Et ces pièces de musique sont les bombes pour les gens faisant de l’échantillonnage, faire danser une piste de danse. Le disque comprend d’ailleurs les chansons plus rythmées de l’étiquette de musique préenregistrée KPM, le tout soigneusement mis en place par Strut. Si vous ne connaissez pas Strut, n’allez pas acheter tous leurs disques d’un seul coup! Enfin, oui, si vous pouvez, mais ils se spécialisent dans les rééditions de vieux disques méritant définitivement une seconde écoute… et ils sont éclectiques: un jour c’est de la musique préenregistrée, l’autre c’est du free jazz. Alors vous risqueriez bien de tomber sur des styles qui ne sont pas le vôtre.

Et la qualité de ce disque? Il est juste parfait! Le son est riche, pur, fort, joyeux, inspiré. Parfois il y a des imperfections, parfois le volume descend à cause d’un vieux limiteur trop capricieux ou un éditeur qui a décidé de normaliser le volume à la main, mais ça fait aussi partie du charme. Il y a du son, du volume, de la force, des cuivres, des instruments. Ça groove, ça drive, ça punche, ça fait de tous les bords. Quel disque, que je redécouvre à chaque fois avec joie. Il y a un peu de bruit de fond, mais si peu.

Et ici, un petit aparté sur une des raisons pour lesquelles vous devriez toujours laver vos vinyles avant de les écouter: lorsque j’ai acheté le disque, il était luisant, bien enduit de l’huile de pressage qu’ils se servent afin de pouvoir mieux séparer les matrices d’impression du vinyle imprimé. C’est un peu un gage de qualité, je sais que l’impression a été très bien réalisée avec grand soin, que le vinyle n’a jamais réellement eu de difficulté à sortir de sa matrice. Mais c’est aussi un produit qui peut gommer son aiguille de table tournante. Un bon petit nettoyage fait des miracles afin d’enlever cet excédent. (Il faut quand même avouer que c’est génial de voir un tel disque sortir de sa pochette)

On achète si on aime les musiques de films et de série télé, le disco, boogie, funk, les années 70.

Laisser un commentaire